Mieux Aborder L’Avenir. Page d’accueil du site http://www.savigny-avenir.info

TERRITOIRES ET DÉMOCRATIE NUMÉRIQUE LOCALE

Christophe de SAVIGNY (1530-1587)

« Tost ou tard, près ou loing, a le fort du faible besoing ». (1) Cette devise – qui est en fait une épigraphe – est inscrite en tête des  Tableaux accomplis de tous les arts libéraux, publiés en 1587 par  Christophe de SAVIGNY (1530-1587), humaniste de la Renaissance française. Elle introduit trois notions essentielles : les rapports de force (fort/faible), la temporalité («tost»/tard), la préfiguration de l’intérêt général moderne (le «besoing»). Elle constitue une injonction fondatrice d’un programme à la fois moral, social, politique et spirituel. Elle est une manifestation de l’esprit encyclopédique, c’est-à-dire de l’ εγκυκλο παίδεια  (« enkuklios paideia »), l’éducation circulaire qui embrasse un cercle entier.
Tout processus éducatif – tout enseignement reçu ou dispensé («enseignement de soi» et «enseignement des autres» ne peuvent être dissociés) – est paradoxal, comme l’écrit SAINT AUGUSTIN dans ses Soliloques « nous apprenons parfois que ce que nous croyions nôtre nous est étranger, et que ce que nous croyions étranger est nôtre ».

Le contexte de la globalisation /mondialisation impose aux territoires et à ceux qui y vivent, risques et interdépendances.
•   Comment une anthropologie de la citoyenneté peut-elle s’opposer à cette imposition ?
•   Quelles initiatives peuvent y participer (Open data, Accès aux documents publics locaux, Observatoire des assemblées délibérantes locales, Recherche-action, Formation citoyenne…) ?
Deux questions nous interrogent sans relâche :
•   Quelles formes de démocratie pour quels territoires ?
•   Quels territoires pour quelles démocraties ?
Pour une anthropologie globale du présent (1)
• 
« L’anthropologie est la discipline qui a pour spécificité un mode de production des connaissances fondé sur la communication interpersonnelle avec les acteurs. » (p. 10)
•   « L’anthropologie et ses interlocuteurs n’échappent pas plus que les autres à ces bulles cognitives qui fonctionnent sur le commun des intérêts et font marcher les marchés réels de l’irréel, et irréels du réel. » (p. 22)
•   S’impose à nous « de penser et de déchiffrer le monde présent tel qu’il est, avec toutes ses saillances d’horreurs et ses creusets d’artifices imaginaires toujours plus nombreux » en ayant comme perspective « que ce dévoilement des significations écartelées permette de poser des repères aux cheminements à venir. » (p. 169)
•  
Et une dernière devise pour la route : « Déchiffrer à vif les configurations troubles de nos univers partagés ». (p. 10)
1. SELIM Monique, Anthropologie globale du présent, L’Harmattan, 2019, 259 p. ISBN 978-2-3-43-17467-9

Bernard MÉRIGOT
contact@mieuxaborderlavenir.fr

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un media numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819
BNF. Dépôt légal du numérique, 2018
Le site est supporté par une structure associative et collaborative, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à  condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
Vous pouvez nous aider par vos dons.
http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2012/10/13/mieux-aborder-lavenir-le-site-www-savigny-avenir-info-page-daccueil-nouvelle/
Posted in Accès citoyen aux documents publics locaux, Anthropologie, Anthropologie de la citoyenneté, Democratia localis, Démocratie expérimentale, Démocratie locale, enkuklios paideia, Expertise territoriale, Globalisation, Innovation territoriale, Intelligence numérique, Intelligence territoriale, La lettre de Bernard Mérigot, La lettre du lundi MALA/Savigny-avenir, Le site "www.savigny-avenir.info", Mieux Aborder L'Avenir (MALA), Mondialisation, Observatoire des conseils municipaux et communautaires, Observatoires des assemblées délibérantes locales, Open data, Projets territoriaux, Récits de politique publique, SELIM Monique | Commentaires fermés sur Mieux Aborder L’Avenir. Page d’accueil du site http://www.savigny-avenir.info

Femmes migrantes : le sens de l’approche anthropologique (Voices of Immigrant Women)

Une journée d’étude intitulée « Femmes battantes contre les frontières » s’est déroulée le 10 septembre 2022 au Centre d’hébergement René Coty/Aurore à Paris (1). Elle était consacrée au regard que les sciences humaines et sociales portent d’une façon générale au phénomène migratoire, et plus particulièrement aux trajectoires que les femmes migrantes accomplissent depuis leur pays d’origine, après avoir traversé plusieurs pays en empruntant divers moyens de déplacement souvent dangereux, avant de parvenir – pour un temps toujours incertain – dans un pays d’arrivée appelé à devenir « leur pays » –  qu’elles l’aient choisis ou non, et que les citoyens du pays d’accueil les y acceptent ou pas.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre du projet de recherche universitaire européen « Voices of Immigrant Women (VIW) »
(Voix des femmes immigrées).

FEMMES BATTANTES CONTRE LES FRONTIÈRES. Rencontre dans le cadre du projet de recherche European Voices of Immigrant Women (VIW) Samedi 10 Septembre 2022. Centre d’hébergement René Coty/Aurore, 8 bis Av René Coty, 75014 Paris. © Photographie CAD/BM

La migration n’est pas seulement un déplacement physique, matériel, elle est aussi un déplacement psychique, symbolique, imaginaire qui remet en cause les ordonnancements hiérarchiques et les rapports de domination.

LES MIGRANTS SONT AUSSI DES MIGRANTES

Comment se défaire des catégories a priori sexuées des « migrants » pour aborder les trajectoires des « migrantes » ? C’est par la mise en œuvre d’une « désidéologisation » que l’on peut saisir la complexité des intentions des femmes lorsqu’elles décident de quitter leur pays et leur communauté d’origine qui les sépare d’un avenir déjà là qui les voyait rester « à leur place » en tant que fille, femme, mère, épouse.

  • la séparation ouvre des horizons in-espérés.
  • la migration déclenche modifie les positionnements.

L’anthropologue est impliquée, au sens fort du terme, dans l’enquête menée sur les femmes migrantes. Son profil constitue un miroir dans lequel elles se projettent comme actrices. Son mode d’écoute s’attache à dégager le sens dialectique profond que les femmes donnent à leurs migrations :

  • il embrasse échecs et succès, libération et aliénation.
  • Il met en branle une double réflexivité en les liant dans un dépassement herméneutique, celle de l’anthropologue et celle de la migrante.

La perspective critique de la recherche conduit à ne pas enfermer les femmes dans des cadres normatifs d’interprétation. L’idéologie humanitaire, compassionnelle et condescendante, toujours conventionnelle sur les rôles de genre, imprègne les regards portés sur les migrants. Elle caricature leurs conditions de vie d’origine comme leurs itinéraires, leurs malheurs comme leurs prétendus bonheurs.

Le politique est un élément structurant des trajectoires migratoires et ne concerne pas seulement les conditions socio-économiques objectives mais aussi les représentations du politique qui s’inscrivent dans la subjectivité des actrices.

PAYS D’ORIGINE, PAYS TRAVERSÉS, PAYS D’ARRIVÉE

La figure imaginaire de l’État dans le pays d’origine, dans les pays traversés, dans le pays d’arrivée est déterminante pour comprendre les ouvertures que la migration offre aux femmes.

FEMMES BATTANTES CONTRE LES FRONTIÈRES. Rencontre dans le cadre du projet de recherche European Voices of Immigrant Women (VIW) Samedi 10 Septembre 2022. Centre d’hébergement René Coty/Aurore, 8 bis Av René Coty, 75014 Paris. © Photographie CAD/BM

Partout l’État avec ses lois empreintes de cette part variable de domination masculine, fixe les limites que les femmes ne doivent pas franchir dans leurs désirs et leur vie. Les femmes en migrant mesurent la relativité de ces limites et s’affranchissent des impositions qui pèsent sur elles. Cela justifie l’articulation au politique de ces récits.

RÉFÉRENCES

  • « Femmes battantes contre les frontières », Rencontre dans le cadre du projet de recherche européen Voices of Immigrant Women (VIW) organisée par les anthropologues : Pascale ABSI ; Kassia ALEKSIC ; Patience BILIGHA ; Wenjing GUO ; Monique SELIM (CESSMA-IRD, Université Paris-Cité), Samedi 10 Septembre 2022, 10 H 00 – 14 H 00, Centre d’hébergement René Coty (Aurore), 8 bis Av René Coty, 75014 Paris.
    Avec :
    Angélique BERENGE, Cheffe de Service du Centre d’hébergement Cœur de Femmes, Association AURORE
    Zita CABAIS-OBRA, Membre de CCEM (Comité contre l’Esclavagisme Moderne) et ISTAC (Comité International des Survivants de la traite des êtres humains)
    Ting CHEN, Sociologue, Laboratoire du Changement Social et Politique, Université Paris-Cité, Coordinateur, Association Les Roses d’Acier
    Olivier DOUVILLE, Psychanalyste, Maître de Conférence des Universités, Directeur de Publication de la Revue Psychologie Clinique
  • Voices of Immigrant Women  (VIW)https://viw.pixel-online.org

FEMMES BATTANTES CONTRE LES FRONTIÈRES. Rencontre dans le cadre du projet de recherche European Voices of Immigrant Women (VIW) Samedi 10 Septembre 2022. Centre d’hébergement René Coty/Aurore, 8 bis Av René Coty, 75014 Paris. © Photographie CAD/BM


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons.http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article :
Posted in Anthropologie politique, Immigration, Voices of Immigrant Women | Commentaires fermés sur Femmes migrantes : le sens de l’approche anthropologique (Voices of Immigrant Women)

À la recherche de la communauté éducative inclusive. Le colloque de l’ISP-Faculté d’Éducation de l’Institut Catholique de Paris (23-24 mars 2022). 1ere partie

« Communauté éducative inclusive » est l’intitulé du colloque organisé par l’ ISP-Faculté d’Éducation de l’Institut Catholique de Paris qui s’est tenu les 23 et 24 mars 2022. Présenté selon son organisateur Augustin MUTUALE, comme « un évènement fédérateur des activités menées au sein de l’ISP, Faculté d’Éducation » (1) il a rassemblé près de 250 personnes dans l’auditorium de l’ICP, attirées par une affiche comprenant plus de 30 intervenants pour plus de 10 heures de séance durant deux jours (plénière, tables rondes, ateliers).
Le titre et le contenu de la manifestation étaient complétés à deux niveaux, chacun par trois indicateurs :

  • trois verbes : « accueillir, enseigner, évaluer »,
  • et trois concepts « la relation éducative, les lieux, le politique » qui ont fournis chacun le thème à trois tables rondes. (2)

Quels sont les « lieux », à la fois conceptuels, institutionnels et politiques de l’inclusivité éducative ?

« Communauté éducative inclusive : accueillir, enseigner, évaluer », Colloque de l’lnstitut Catholique de Paris, séance du 24 mars 2022. Table ronde sur la relation éducative animée par François MOOG, avec Alain FRUGIÈRE, Nadjet TABOURI, Myriam KETTANI, Catherine ZONGO, Marie-Krystelle VILMORE et Gabriel MAES. © Photographie Bernard MÉRIGOT/CAD

PROBLÉMATISER LE SERVICE AUX AUTRES

« Parler de communauté éducative inclusive serait vide de sens si on ne rappelait pas que les Facultés d’enseignement universitaire n’étaient pas d’abord au service des autres » rappelait dès le début du colloque Emmanuel PETIT, Recteur de l’Institut Catholique de Paris. Être au service des autres n’est ni une évidence ni une banalité en un temps ou certaines institutions publiques trouvent dans le fait de leur simple existence, une justification suffisante d’ « être au monde » pour l’éternité. La répétition de ce qu’elles ont accomplis hier constituant leur horizon du lendemain.
Les institutions d’éducation et d’enseignement, par l’intermédiaire de chacun de leurs enseignant-chercheur, sont en charge d’élaborer, de transmettre et de construire les connaissances et les pratiques du savoir humain – celle du moment, comme celles en train de se constituer – à des classes d’âges successives, chaque fois renouvelées selon une périodicité temporelle immuable allant du mois de septembre d’une année, au mois de juin de l’année suivante. Elles ont vocation à constituer une activité financièrement non lucrative et socialement inclusive. (3)

LA GALAXIE INCLUSIVE

Le secteur de la pensée et des pratiques relevant de l’inclusivité (de l’inclusion, de « l’inclusif »…) ressemble aux Grands magasins parisiens conçus à la fin du XIXe siècle qui offraient toute sortes de rayons différents à chacun de leurs étages. On peut y trouver ainsi :

  • l’inclusion théorique, politique et administrative, gouvernementale et ministérielle, celle des textes (législatifs, réglementaires…), des communiqués de presse officiels, des conférences de presse, des programmes électoraux…
  • l’inclusion pratique, celle qui est assurée concrêtement au sein des établissements scolaires et d’éducation (écoles maternelles et primaires, collèges, lycées, universités…) auprès de ses membres (élèves, étudiants, professeurs,  personnels…) , comme  de toute autre sorte d’activité socio-éducative (stagiaires, éducateurs, personnels…), de soin (patients, éducateurs, soignants, personnels…), ou d’entreprise (employés, clients…),
  • l’inclusion enseignée par les universités, notamment par les Sciences de l’Éducation dans le cadre de diplômes (comme les licences, les masters, les doctorats… en particulier en Sciences de l’Éducation),
  • l’inclusion étudiée par la recherche universitaire, celle des Sciences sociales et humaines (notamment les Sciences de l’Éducation), procédant à l’examen critique et à l’élaboration raisonnée de sa théorie et de ses pratiques.

Pour leur part, les organisateurs du colloque rappellent dans un document de présentation les notions qu’ils utilisent :

  • la notion de « communauté éducative », héritée des écoles congréganistes du XIXe siècle, est très répandue aujourd’hui. Elle a été valorisée à partir des années 1980 et vise à associer tous les acteurs de l’éducation et non seulement ceux appartenant à l’institution scolaire.
  • le concept d’ « inclusion » est quant à lui développé initialement dans une dimension politique pour favoriser la participation pleine et entière des individus à la vie sociale, tout en permettant de tenir compte des vulnérabilités et des fragilités humaines. Il s’agit d’une visée mettant au centre la dignité et le pouvoir d’agir des personnes, d’un horizon au sein duquel chacun peut trouver sa place, d’une utopie où se pose un regard résolument positif qui éclaire les forces plutôt que les faiblesses.

Ils s’appuient sur le « Projet facultaire  ISP-Faculté d’Éducation, Communauté éducative inclusive universitaire et scolaire » publié en 2019 (4). Divers articles et livres sur le sujet ont été édités comme De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap (2020) et Du devenir humain. Une éducation par laquelle l’être humain se forme à être humain (2022). (5)

PEUT-ON ENSEIGNER EN FAISANT CONFIANCE A DES MACHINES ?  Une salle de classe « En l’an 2000 » imaginée un siècle plus tôt. Illustration attribuée à Jean-Marc CÔTÉ extraite d’une série de cartes postales réalisées à l’occasion de l’exposition universelle de 1900.

COMMENTAIRE DE L’ILLUSTRATION
Il existe un  « rêve fou  » (répandu dans l’opinion publique, et partagé par certains politiques et certains enseignants, aussi…)  qui consiste à  croire qu’il est possible de faire confiance à un mécanisme (ici tourner une manivelle) – mécanisme qui peut-être physique ou intellectuel –  pour que tous les élèves acquièrent en même temps les mêmes connaissances.
Les élèves ont tous des écouteurs à fils sur les oreilles (ils ne sont pas encore connectés à la WiFi ou au Bluethooth…). Il ne manque que les écrans d’ordinateur. Ne doutons pas que le Conseil départemental (si c’est un collège) ou le Conseil régional (si c’est un lycée) livrera bientôt  ordinateurs et tablettes aux élèves de cette classe. A  moins que ces derniers soient déjà en train de regarder l’écran TNI qui leur fait face et que l’on ne voit pas sur le dessin…

L’illustration fait partie d’une série qui a été utilisée notamment comme « image pour enfant » jointe à des produits alimentaires vendus au début du XXe siècle, comme les crèmes renversées sucrées produites par les établissements « Ch. Jux », confiseur à Paris, 74 boulevard de Reuilly. Sa composition en poudre servait pour fabriquer de la crème dessert (vanille, chocolat, café, orange, citron, pistache) en la faisant cuire dans du lait. Le produit de Monsieur JUX a été récompensé par une médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1900. L’imaginaire scolaire du futur (« En l’an 2000 ») rejoignait celui de l’enfant-consommateur à une époque où les mères de famille n’achetaient pas du « tout prêt » alimentaire : c’était alors l’époque où l’on « faisait soi-même ».

Il est à noter que la série d’images « En l’an 2000 » qui représente les progrès scientifiques et techniques à venir, ont été dessinées semble-t il en 1899 et imprimées entre 1900 et 1910. On estime qu’au moins 87 illustrations différentes ont été produites par un ou plusieurs artistes ( ? ) dont le principal est Jean-Marc CÔTÉ dont à ce jour on ne sait rien. Elles sont conservées par le Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque Nationale de France sous la cote Qb-1 (1900)-fol qui les a numérisées. L’écrivain russo-américain Isaac ASIMOV (1920-1992) les a utilisées dans son livre Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000 (Henry Holt & Company, 1986). (Jours du futur : une vision dix-neuvième siècle de l’an 2000).

C’est l’occasion de nous interroger pour savoir, aujourd’hui en 2022, comment se dessine la salle de classe de l’an 3000 ?

PISTES POUR UNE « RÉFLEXION PROBLÉMATISÉE »
SUR UN COLLOQUE

Le colloque est présenté par ses organisateurs comme une « réflexion problématisée sur la Communauté Éducative Inclusive (CEI) ». La formule s’apparente à celle de « question problématisée » en usage dans les actuels programmes des collèges et des lycées, notamment pour les enseignements du « tronc commun » d’histoire, géographie et éducation civique et morale, ainsi que de spécialité histoire, géographie, géopolitique et sciences politiques. Il est intéressant de se pencher sur la notion de « réflexion problématisée » employée ici et appliquée à un colloque, c’est-à-dire à une activité de recherche de l’enseignement supérieur. On peut l’entendre comme « une mise en question » du colloque, de son intitulé, de ses thèmes, de son appel à communication, du contenu des communications des intervenants comme des questions émanant des assistants.

Sébastien CHARBONNIER, reprenant l’étude de Michel FABRE sur « Qu’est-ce que problématiser ? » remarque que poser la question « Qu’est-ce que ? » est rarement pertinente car elle nous conduit aux types de problèmes platoniciens, ceux de l’essence. En revanche, les « vrais problèmes » émergent véritablement à partir d’une pluralité de « questions circonstancielles » classiques : Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? ». (6)

Rien n’est ni naturel ni évident dans l’évènement que constituent les colloques. Max WEBER a établi que les faits n’existent « ni en dehors du contexte de leur production, ni en dehors du sens qu’on leur donne ». Les thèmes et les sujets collectifs d’étude n’apparaissent jamais sans raison au sein d’une institution, en l’occurrence l’Institut Catholique de Paris dans le cas présent. Des causes les précèdent, et des effets les suivent. Les uns comme les autres sont souvent cachés, invisibles, discrets, non-dits.
Ils sont des marqueurs du temps, depuis l’annonce du sujet et des dates, l’appel à  communications, la tenue des séances, les rencontres «off» jusqu’à  la publication des actes…
Ils sont la manifestation de la vie d’une discipline – en l’occurrence les Sciences de l’Éducation − de ceux qui l’enseignent et qui l’étudient, et de son histoire ponctuée par une chronologie d’articles,  de livres, de colloques…

Des objets incomplètement identifiés. D’une façon générale, les colloques universitaires de recherche en sciences humaines et sociales (tout comme les journées d’étude, les séminaires…) constituent au sein de l’enseignement académique des objets habituels, voire traditionnels, qui demeurent en définitive des « objets incomplètement identifiés ». Une anthropologie des colloques, une sociologie des colloques, une histoire des colloques… serait à engager, afin de situer à la fois les stratégies institutionnelles qui produisent leur actualité, la circulation complexe des idées à l’intérieur et à l’extérieur des disciplines, confrontées à cette notion insaisissable qui est « l’air du temps » et qui légitime pour une durée parfois très brève, un thème, une question, un problème.

Anthropologie des connaissances/Connaissance de l’Anthropologie. Les colloques de recherche seraient à aborder selon la perspective d’une « anthropologie des connaissances » en les considérant comme des discours, comme des pratiques, comme des dispositifs techniques, en se penchant sur « les conditions de leur production, de leur utilisation, de leur transmission, de leur mobilisation par les collectifs d’humains », comme le fait, par exemple depuis plusieurs années, La Revue d’anthropologie des connaissances qui considère les modalités selon lesquelles les connaissances se forment et se diffusent, en s’attachant à leur étude, et en menant « une enquête multidisciplinaire sur les pratiques et les conduites, sur les représentations et les idéologies, sur les professions, les organisations et les institutions, sur les techniques et les productions dans leurs singularités historiques. » (7)

Une réflexion problématisée doit trouver une juste distance à l’égard de l’actualité qui est construite et imposée par les médias et les réseaux sociaux, porteurs et propagateurs de l’automatisme mental des problèmes généralisés («Tout devient problème»), étant à la fois dans le rôle de celui qui influence les autres et dans celui qui subit l’influence des autres. Une approche critique impose de prendre conscience du  présentisme définit François HARTOG, dans lequel nous vivons. (8)

L’ENSEIGNEMENT, UNE AFFAIRE DE TRIANGLES ?

Les Sciences de l’Éducation de la fin du XXe siècle sont marquées par la théorie du « triangle pédagogique » présentée par Jean HOUSSAYE (né en 1947) dans la thèse qu’il a soutenue en 1982 sous la direction de Daniel HAMELINE (9). Il est à noter que l’un et l’autre étaient présents  lors de la seconde journée du colloque, le jeudi 24 mars.
Cette théorie triangulaire a donné lieu à d’innombrables reprises et commentaires. Elle a été élaborée à partir de divers travaux. On pense à FREUD et à  Jacques LACAN, et à certains de leurs développements théoriques sur la place occupée par les relations triangulaires où deux termes se trouvent privilégiés au détriment d’un troisième. Elle présente l’acte pédagogique comme une relation triangulaire dont les trois sommets sont : le savoir, le professeur, les élèves. Trois relations en découlent :

  • enseigner (entre le professeur et le savoir),
  • former (entre le professeur et les élèves),
  • apprendre (entre les élèves et le savoir).

Le colloque « Communauté Éducative Inclusive », par son intitulé et par son programme, propose lui aussi une double articulation de trois termes :

  • trois verbes (accueillir, enseigner, évaluer),
  • trois concepts (la relation éducative, les lieux, le politique).

LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE INCLUSIVE. Accueillir, enseigner, évaluer. Le triangle de l’ISP-Faculté de l’Éducation, Institut Catholique de Paris, Colloque des 23-24 mars 2022. (BM/TDNL, 2022)


L’approche bi-partite est souvent incomplète, négligeant l’opérabilité d’un troisième terme. Augustin MUTUALE, Fabienne SERINA-KARSKY et Séverine PARAYRE, réfléchissant à la relation éducative en l’élargissant à toutes les « professions adressées à autrui », notent que celle-ci est une relation « dont l’objectif n’est pas la relation mais l’objet tiers ». (p. 3)

MUTUALE Augustin, PARAYRE Séverine, SERINA-KARSKY Fabienne. (2021), « La Relation éducative dans les professions adressées à autrui », Appel à textes pour le numéro spécial de la revue Phronesis, à paraître en 2023. https://comeducinclu.hypotheses.org/files/2021/08/Phronesis_relation-educative_-Mutuale-_Serina-Karsky_Parayre-1.pdf

LA PROBLÉMATIQUE INCLUSIVE DU « NOUS DÉBORDANT »

A quel niveau et dans quel contexte se situe l’acte inclusif ? Tout ce qui touche à l’inclusivité entraîne évidemment une implication individuelle (pour les prescripteurs d’inclusion, pour les demandeurs d’inclusion, pour les inclus, pour les incluants…). Mais cette dimension personnelle se trouve dépassée pour s’étendre à « un au-delà individuel » qui implique toute la collectivité, que celle-ci exprime ou manifeste librement un désir d’inclusion, ou bien qu’elle exécute ses gestes d’inclusion  sous une contrainte d’obéissance hiérarchique.

  • Doit-on distinguer deux modalités de l’acte inclusif : une libre inclusion, et une inclusion contrainte ?
  • Peut-on imposer des pratiques à des personnes incluantes, comme à des institutions incluantes, sans considérer les conditions qui sont professionnellement vécues sur le terrain (d’une façon temporaire ou structurelle) : état d’indifférence, de réticence, d’absence de moyens, de dépassement (« burn out »), d’opposition, ou encore d’hostilité ?

Que répondre à ceux qui, tout en reconnaissant l’existence de besoins particuliers, s’interrogent sur la légitimité de prise en compte de ceux-ci dès lors qu’ils considèrent qu’ils sont en conflit avec les besoins universels manifestés par ceux qui sont sans besoins particuliers ? Bénéficient-ils alors d’une égale attention.

Il n’est pas possible d’admettre comme « allant de soi » la notion de besoin particulier. Il ne s’agit pas de réfuter l’existence de ce qui motive sa prise en compte, mais de procéder à l’examen critique de sa construction sociale et politique en la soumettant à une procédure d’admissibilité au regard des sciences humaines et sociales. A ce sujet Magdalena KOHOUT-DIAZ écrit :

 « Le concept de besoin, à y regarder de près, expose l’élève à être parlé plutôt qu’à parler lui-même pour formuler une demande qui s’efforce de traduire son désir ou sa difficulté. D’autres s’expriment sur ses besoins, les classent et les trient, orchestrant une véritable valse des étiquettes. Si l’activité classificatoire est l’objectif privilégié de toute science, cette nécessaire opération de discrimination devient, en l’absence de vigilance éthique, l’instrument d’une ségrégation. Il y a une différence fondamentale entre les sciences expérimentales ou exactes et les sciences de l’homme. À défaut d’en prendre acte, on tend alors à rassembler les personnes dans une « classe déclassée à laquelle on les identifie ». (10)

Dans un article portant sur « De la Communauté pédagogique universitaire », Augustin MUTUALE revient sur « la pensée du nous ». Il reprend un échange avec Daniel HAMELINE sur les deux sortes de nous (le « nous symbiotique » et le « nous électif ») qui rendent possible un « nous débordant ». Déborder, c’est dépasser, franchir la limite du bord. Cela fait penser à ce l’on appelle un débord dans la pratique des couturières et des tailleurs, mot qui désigne « le liseré qui dépasse le bord dans la doublure d’un vêtement ». Malheur à la couturière débutante qui, lors de la coupe du tissus, oublie de prévoir un débord suffisant ! Augustin MUTUALE écrit à la suite : « D’où le nécessaire dialogique « prendre en compte » et « rendre compte » à l’institution pour ne pas tomber dans le piège d’un militantisme qui pour inclure à tout va, aurait pour conséquence d’exclure ». (11)

A propos du terme de « dialogique », nous trouvons dans le Catéchisme positiviste d’Auguste COMTE cette mention :

« On réserve la forme dialogique, propre à toute vraie communication, pour expliquer les conceptions qui sont à la fois assez importantes et assez mûries. C’est pourquoi, de tout temps, l’enseignement religieux s’accomplit par voie d’entretien et non de récit. ».
COMTE Auguste, (1852). Catéchisme positiviste, p. 14.

Choix du dialogue plutôt que du monologue, de l’entretien plutôt que du récit. Quelles sont les formes du « nous débordant ». ? Déborder consisterait à mettre du moi dans l’autre, et de l’autre dans moi. Nous devons constater que l’inclusion demeure une forme de violence à l’égard de l’institution, et cela, de trois façons : 1. en composant avec les différences (Tout individu n’est-il pas toujours porteur de différences ?), 2. en imposant leur reconnaissance (Quelles sont les conséquences de cette implication ?), 3. en faisant entrer des particularités là où elles ne se trouvaient pas, les différences incluses devenant alors des « non-différences ».

Les plans de coupe des tailleurs et des couturières sont représentés dans le Supplément du Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leurs explication (1762) de l’Encyclopédie de DIDEROT et D’ALEMBERT. Tous les dessins, en « forçant » la connaissance du lecteur, sont singuliers et vont au-delà de la réalité A ce propos, Jacques PROUST note que « Roland BARTHES n’était pas loin de faire du recueil de planches une sorte d’empire poétique où tout pouvait d’un instant à l’autre se mettre à bouger, et laisser transparaître l’envers obscur des choses ». (12)


LE DÉBORD, ou « L’ENVERS OBSCUR DES CHOSES ». « Couturière », Planche 133 » extraite du Supplément du Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leurs explication, 1762). Extrait de L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, planches et commentaires présentées par Jacques PROUST, Hachette, 1985, p. 818.


CONCLUSION

Un colloque est un « moment » : on y vient avec des connaissances et des lectures déjà acquises. Il en introduit de nouvelles à venir. Charles GARDOU écrit en 2020 qu’entrer dans la réflexion et l’action « de l’inclusif », est une façon de « composer avec nos étrangetés et nos fragilités partagées »

« La notion de société inclusive se diffuse en un temps traversé de mouvements divergents, aussi obscurs que lumineux, troublé que troublant.
Elle apparaît en quelque sorte à contre-culture, telle une idée ronde dans un monde carré. Or derrière cette idée, il y a quelque chose de l’ordre d’une attente, d’un autre horizon désiré, d’un temps autre qui saurait enfin composer avec nos étrangetés et nos fragilités partagées dont le handicap est l’une des multiples expressions.
Chaque époque se focalise ainsi sur certains concepts, d’autant que la chose nommée lui fait défaut : elle en éprouve le manque ».
(13)

GARDOU Charles, (2020). « La société inclusive », Empan, n°117, Érès Éditeur, p. 13. (Propos recueillis par Julien BOUTONIER).

Dire qu’un colloque possède un avant, un pendant et un après ne constitue qu’en apparence un propos banal : il doit toujours anticiper les évènements à venir produits par l’actualité qui recontextualise de façon permanente les contenus abordés, les idées, les concepts qui sont en cours et qui évoluent sans cesse. C’est ce qui va advenir qui donne un sens à ce que nous vivons.

« Je suis fier d’avoir bâti avec vous l’école inclusive » déclare Emmanuel MACRON lors d’une longue intervention – qui a duré plus de trois heures – lors de son meeting télévisé de campagne électorale, le samedi 2 avril 2022 dans la salle de Paris La Défense Arena. (14)

Lécole inclusive n’est pas une pensée/action neutre, elle est politique. Nous constatons qu’elle est incluse dans l’espace public, gouvernemental et électoral et qu’elle figure, en tant que telle, à son bilan. L’emploi d’une locution verbale passée (« avoir bâti » désigne une action qui est achevée) doit-être discuté. L’école inclusive, est-elle une entreprise qui peut connaître un terme temporel ? Il apparaît qu’elle appartient à la catégorie des « choses en train de se faire », et doive demeurer de ce fait, à jamais inachevée.

On ne peut pas parler de l’inclusion comme d’une réalisation qui, à un moment quelconque de son processus, soit faite. Dans la mesure où un consensus de l’ensemble de ses « parties prenantes » s’établit sur son objet, où sont pesés les effets des inévitables déinstitutionnalisations qu’elle provoque à l’égard d’autres institutions, et où les moyens nécessaires sont trouvés dans la durée pour assurer son fonctionnement effectif quotidien, la pensée/action d’inclusion est indéfiniment à faire, à défaire, à refaire.


Bernard MÉRIGOT

Anthropologue
Chercheur associé à la MSH Paris-Orsay
4 avril 2022

Nous prévoyons de poursuivre nos échos à ce colloque par plusieurs articles à paraître. (Voir note n°2 ).


RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE

1.MUTUALE Augustin, SERINA-KARSKY Fabienne et POMBET Thibaud, (2022). « Communauté éducative inclusive. Accueillir, enseigner, évaluer. Présentation », organisé par Augustin MUTUALE et coordonné par Fabienne SERINA-KARSKY et Thibaud POMBET, Institut Catholique de Paris, 23-24 mars 2022. https://comeducinclu.hypotheses.org/1018
2. Nous avons de prévu rendre compte des différents « moments » successifs de ce colloque (La relation éducative, Les lieux de communauté éducative inclusive, Le politique de la communauté éducative inclusive) par cinq articles distincts :
  • Article 1. À la recherche de la communauté éducative inclusive. Le colloque de l’ISP-Faculté de l’Éducation de l’Institut Catholique de Paris (23-24 mars 2022). 1ere partie (C’est le présent article qui est en ligne)
  • Article 2. Quelles limites la relation éducative peut-elle connaître ? Échos du colloque sur la Communauté éducative inclusive. Institut Catholique de Paris. 2e partie (A paraître)
  • Article 3. Qu’ont de commun les lieux de l’inclusion éducative et scolaire ? 3e partie (A paraître)
  • Article 4. Le politique ou la politique ? De quelle instance relève l’inclusion éducative et scolaire ? 4e partie (A paraître)
  • Article 5. Concepts et stratégies institutionnelles. 5e partie (A paraître)
3. La question qui consiste à savoir si les logiques marchandes doivent inspirer toutes les activités humaines de nature culturelle, sociale, ou éducative… a été mise sur le devant de l’actualité en février 2022 à propos du secteur des activités de la santé lorsque la presse, l’opinion publique, puis les parlementaires se sont inquiétés de savoir s’il était normal que les Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)  et les maisons de retraite soient gérées comme des entreprises commerciales lucratives en rémunérant les investissements financiers provenant de grands groupes. La même question se pose pour certaines activités d’enseignement (écoles de commerce, écoles d’ingénieurs…) qui sont conduites par des structures de nature commerciale dont la finalité comprend la distribution de dividendes à des actionnaires ou à des fonds de pension.
4. INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS / ICP-FACULTÉ D’ÉDUCATION (2019). « Projet facultaire ISP-Faculté d’Éducation. Communauté éducative inclusive et scolaire », 2 p.
5. PARAYRE Séverine, SERINA-KARSKY Fabienne et MUTUALE Augustin, 2020). De la pédagogie universitaire inclusive, L’Harmattan, 280 p. Préface de Philippe BORDEYNE.
PARAYRE Séverine, SERINA-KARSKY Fabienne et MUTUALE Augustin, (2022). Du devenir humain. Une éducation par laquelle l’être humain se forme à être humain. L’Harmattan, 330 p. Préface d’Emmanuel PETIT.
6. CHARBONNIER Sébastien, (2017). « Qu’est-ce que problématiser ?», Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le , consulté le 15 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/5165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.5165
FABRE (2017). Qu’est-ce que problématiser ?, Vrin.
7. Revue d’anthropologie des connaissances, (https://journals.openedition.org/rac/267),
8. HARTOG François, (2022). « Nous sommes bloqués dans un présent qui se suffit à lui-même », La Croix Hebdo, n°124, 18 mars 2022., p. 34-35.
HARTOG François, (2020). Chronos. L’Occident prises avec le temps, Gallimard.
9. HOUSSAYE Jean, (1988). Le Triangle pédagogique. Théorie et pratiques de l’éducation scolaire, Peter Lang, Berne. Nombreuses rééditions. Jean HOUSSAYE est professeur est honoraire de Sciences de l’éducation, Université de Rouen-Normandie.
10. KOHOUT-DIAZ Magdalena, (2018).« Introduction », dans : L’éducation inclusive. Un processus en cours, sous la direction de Kohout-Diaz Magdalena. Toulouse, Érès, « Connaissances de la diversité », p. 9-13. URL : https://www.cairn.info/–9782749258317-page-9.htm
11. MUTUALE Augustin, (2020). « Partager et mettre en œuvre une pédagogie inclusive dans l’enseignement supérieur. De la Communauté pédagogique universitaire », in PARAYRE Séverine, SERINA-KARSKY Fabienne et MUTUALE Augustin, De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap, L’Harmattan. p. 26.
12. PROUST Jacques,(1985). « Le recueil de planches de l’Encyclopédie », L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, planches et commentaires, Hachette, p. 15).
13. GARDOU Charles, (2020). « La société inclusive », Empan, n°117, Érès Éditeur, p. 13. (Propos recueillis par Julien BOUTONIER).

Voir aussi :
GARDOU Charles, (2020). « La fragilité nous réunit, la force nous divise (La question de la société inclusive que j’oppose à la société exclusive est la question la plus forte de notre temps), Démarche prospective de l’enseignement catholique », 15 septembre 2020, (19’40’’). Vidéo réalisée par l’enseignement catholique pour la Semaine Prospective des directeurs diocésains, https://www.youtube.com/watch?v=US_4To06rCI

Contexte de la communication de Charles GARDOU.

De novembre 2021 à mai 2022 se sont tenues une série de rencontres prospectives régionales organisée par le Secrétariat général de l’enseignement catholique à l’intention des directeurs diocésains de l’enseignement catholique. Le but annoncé était « d’impliquer chaque acteur dans une démarche qui permette à chaque territoire de relever les défis éducatifs actuels au plus près de ses besoins locaux » afin de dessiner « des orientations régionales pour enrichir la stratégie engagée nationalement. Une démarche résolument synodale. » https://enseignement-catholique.fr/demarche-prospective/

Dix thèmes ont été abordés et ont fait l’objet de séquences vidéos :
Question préalable n°1. Quel sens ? Pourquoi et pour quoi : une vision et un projet pour orienter l’action
Chantier 1.
Liberté et innovations pédagogiques et éducatives
Chantier 2. Accueil de tous : le choix éducatif de la diversité, les engagements en faveur de la mixité sociale et scolaire
Chantier 3. Du « pacte éducatif global » au pacte éducatif local
Chantier 4. Pertinence et conditions d’une structuration des établissements en réseaux
Chantier 5. De la solidarité aux solidarités concrètes : modalités, critères, formes, périmètres pertinents…
Chantier 6. Un modèle économique à renouveler et à diversifier
Chantier 7. Une proposition éducative spécifique à faire connaître et reconnaître : communication et formation
Question tranversale n°2. Quels choix prospectifs ?
Question tranversale n°3. Quelle « pastorale » de l’Ecole catholique ?
La contribution de Charles GARDOU s’inscrit dans l’atelier n°2, Accueil de tous : le choix éducatif de la diversité, les engagements en faveur de la mixité sociale et scolaire
14. MACRON Emmanuel, (2022). « En direct. Emmanuel Macron avec vous à Paris à Paris-La Défense-Arena », (Meeting politique de campagne électorale pour l’élection présidentielle des 10 et 24 avril 2022), samedi 2 avril 2022, La République en marche, https://en-marche.fr/articles/actualites/en-direct-emmanuel-macron-avec-vous-a-paris-la-defense-arena (Consulté le 3 avril 2022).
Enregistrement vidéo de 3 h 11. https://www.youtube.com/watch?v=fnPrPR2jBkQ (Consulté le 3 avril 2022).
« DIRECT | Emmanuel Macron avec vous à Paris La Défense Arena
2 avril 2022 – C’est le jour J ! Suivez en direct notre grand rassemblement à Paris La Défense Arena. Soutenez Emmanuel Macron sur les réseaux sociaux #MacronArena
Parce que cette élection présidentielle déterminera les directions que le pays se donne à lui-même pour les cinq années à venir et bien au-delà, et que rien n’est jamais écrit à l’avance, votre mobilisation est essentielle :
Soutenez Emmanuel Macron sur vos réseaux sociaux avec le hashtag #MacronArena
Suivez toute l’actualité de la campagne d’Emmanuel Macron sur :
YouTube. Twitter. Facebook. Instagram. Telegram.
Ensemble, nous pouvons faire des 10 et 24 avril 2022 le point de départ d’une nouvelle époque française et européenne.
Avec vous. Pour vous. Pour nous tous. »

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • « Communauté éducative inclusive : accueillir, enseigner, évaluer », Colloque de l’ lnstitut Catholique de Paris, séance du 24 mars 2022. Table ronde sur la relation éducative animée par François MOOG, avec Alain FRUGIÈRE, Nadjet TABOURI, Myriam KETTANI, Catherine ZONGO, Marie-Krystelle VILMORE et Gabriel MAES.
  • PEUT-ON ENSEIGNER EN FAISANT CONFIANCE A DES MACHINES ? Illustration attribuée à Jean-Marc CÔTÉ extraite d’une série de 30 cartes postales réalisées à l’occasion de l’exposition universelle de 1900.
  • LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE INCLUSIVE. Accueillir, enseigner, évaluer. Le triangle de l’ISP-Faculté de l’Éducation, Institut Catholique de Paris, Colloque des 23-24 mars 2022. (BM/TDNL, 2022)
  • « L’ENVERS OBSCUR DES CHOSES ». « Couturière », Planche 133 » extraite du Supplément du Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leurs explication, 1762). Extraite de L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, planches et commentaires présentées par Jacques PROUST, Hachette, 1985, p. 818.
    Concernant le Recueil des planches, Jacques PROUST note « Roland BARTHES n’était pas loin de faire du recueil de planches une sorte d’empire poétique où tout pouvait d’un instant à l’autre se mettre à bouger, et laisser transparaître l’envers obscur des choses ». (PROUST Jacques,1985. « Le recueil de planches de l’Encyclopédie », L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, planches et commentaires Hachette, p.15.)

ANNEXE

Communauté Éducative Inclusive : accueillir, enseigner, évaluer. Colloque ISP-Faculté d’Éducation, Institut Catholique de Paris, 23-24 mars 2022. Organisé par Augustin MUTUALE et coordonné par Fabienne SERINA-KARSKY et Thibaud POMBET.

COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE INCLUSIVE : ACCUEILLIR, ENSEIGNER, ÉVALUER
Colloque 23-24 mars 2022
Institut Supérieur de Pédagogie, Faculté d’Éducation,
Institut Catholique de Paris
74, boulevard de Vaugirard, 75006 PARIS
En s’appuyant sur les travaux menés autour des trois chantiers « accueillir, enseigner et évaluer », ce colloque propose une réflexion problématisée sur la Communauté Éducative Inclusive (CEI) autour de trois axes. Ces axes de travail permettront de relier les travaux entrepris durant les deux premières années d’identification et d’institutionnalisation du projet facultaire et de l’inscrire dans une perspective de rayonnement.
•   Le premier axe aborde les enjeux de la CEI à partir des différentes dimensions constitutives d’une relation éducative.
•   Le deuxième axe investi lors de ce colloque questionne le rapport aux lieux de la CEI.
•   Le troisième axe de ce colloque propose enfin de situer les enjeux de la CEI dans une perspective politique.
Sur la base de ces propositions thématiques, nous invitons l’ensemble de notre communauté éducative qui inclut nos partenaires à nous rejoindre pour cet événement fédérateur des activités menées au sein de l’ISP-Faculté d’Éducation.
MERCREDI 23 MARS 2022
Introduction
Emmanuel Petit, Recteur de l’ICP et Augustin Mutuale, Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation
La relation éducative
Fabienne Serina-Karsky et Séverine Parayre, ISP-Faculté d’Éducation
TABLE RONDE SUR LA RELATION ÉDUCATIVE
Modération : François Moog, Theologicum
Alain Frugière, Sorbonne Université – INSPé de Paris
Nadjet Tabouri, ISP-Faculté d’Éducation
Myriam Kettani, ISP-Faculté d’Éducation
Catherine Zongo, ISP-Faculté d’Éducation
Marie-Krystelle Vilmore, ISP-Faculté d’Éducation
Gabriel Maès, ISP-Faculté d’Éducation
TABLE RONDE SUR LES LIEUX
Modération : Gilles Lecoq et Sarah Abi Raad, ISP-Faculté d’Éducation
Marie-Odile Plançon, Secrétariat général de l’enseignement catholique
Eva Salerno, ISP-Faculté d’Éducation
Jeannot Nirisoa, ISP-Faculté d’Éducation
Gergana Dimitrova, ISP-Faculté d’Éducation
Corinne Mérini, ISP-Faculté d’Éducation
Valérie Delobel, ISP-Faculté d’Éducation
Fil rouge
Guy Berger et Séverine Parayre, ISP-Faculté d’Éducation
JEUDI 24 MARS 2022
Le politique
Thibaud Pombet et Laurent Tessier, ISP-Faculté d’Éducation
TABLE RONDE SUR LE POLITIQUE
Modération : Bernard Hugonnier, ISP-Faculté d’Éducation
Avec:
Alexandra Leyrit, Université de Saint- Etienne
Patrice Hauchart, ISP-Faculté d’Éducation
Pierre-Henri Beugras, ISP-Faculté d’Éducation
Laurence Rolinet, ISP-Faculté d’Éducation
Hélène Fromont, ISP-Faculté d’Éducation
Anne Olivier, ISP-Faculté d’Éducation
Fil rouge
Guy Berger et Séverine Parayre, ISP-Faculté d’Éducation
Discours de clôture
Augustin Mutuale, ISP-Faculté d’Éducation
Comité de pilotage scientifique :
Myriam Kettani, Augustin Mutuale, Anne Olivier, Séverine Parayre, Thibaud Pombet et Fabienne Serina-Karsky – ISP-Faculté d’Éducation
Comité d’organisation :
Azadée Afraz, Valérie Delobel, Joselie Doninion, Laurianne Lawson, Zoraïda Lebaut, Clémence Rivoal, Marie-Krystelle Vilmore – ISP-Faculté d’Éducation
RÉFÉRENCES
« Communauté Éducative Inclusive : accueillir, enseigner, évaluer » , Colloque organisé par Augustin Mutuale, Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation et coordonné par Fabienne Serina-Karsky et Thibaud Pombet, Maîtres de conférences à l’ISP-Faculté d’Éducation, 23 et 24 mars 2022, Institut Catholique de Paris, 74 rue de Vaugirard, 75006 Paris.

COMMENTAIRES
9 avril 2022

Penser et contruire l’éducation inclusive

Dans un article publié sur le site de l’ICP le 24 avril 2022, l’ISP-Faculté d’Éducation présente et rend compte brièvement du colloque.

« Mon rêve fou : tous ensemble faire preuve de la transformation du monde, de la Licence en Sciences de l’éducation au doctorat. La Faculté d’Éducation est au service de l’ICP afin de penser et construire l’éducation inclusive, être plein de sollicitude et atteindre l’excellence » souligne le Doyen Augustin MUTUALE, en référence au titre de son cours « Écrire son rêve fou ». »

INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS, « Penser et construire l’éducation inclusive », 24 mars 2022. https://www.icp.fr/a-propos-de-licp/actualites/colloque-communaute-educative-inclusive-1

Les principaux termes employés par ce texte d’Augustin MUTUALE méritent d’être commentés.

  • « Rêve fou »: un substantif et un adjectif forment ici une tournure, une façon de dire qui désigne un « rêve » volontaire, une « chose » imaginée qui serait d’une nature extrême, inédite, à la limite de ce que l’on peut raisonnablement penser. Aucun rêve naturel qui appartient au sommeil n’est « fou ». Les rêves de la vie éveillée peuvent-ils l’être ? Peut-être dans la mesure où ils s’opposent aux rêves raisonnables, ceux qui peuvent être réalisés.
  • « Tous ensemble »: il s’agit d’un rêve collectif, le rassemblement d’un groupe au sein duquel tous ont en commun un même projet.
  • En quoi consiste-t-il ? A partager et à accomplir une action commune, qui apporte un témoignage qui consiste à « faire preuve de la transformation du monde ». Transformation de l’organisation du monde régie par les institutions.
  • Par quels moyens ? En participant à une réflexion et à une action dans une application (au sens ou un logiciel remplit cette fonction dans un système numérique) agit pour « penser et construire l’éducation inclusive ».
  • « Être plein de sollicitude ». Pas de sollicitude sans « éthique de la sollicitude », c’est-à-dire une éthique du care (de l’anglais Ethics of Care), notion qui a pris naissance dans les pays anglophones. Le mot de sollicitude (du latin sollicitudo, inquiétude, souci) regroupe un ensemble de sens comprenant ceux de l’attention, du soin, de la responsabilité, de la prévenance, de l’entraide… Nous devons y ajouter celui de respect de la part de ceux qui sont en position d’exercer un pouvoir, respect de soi-même et respect des autres tant au niveau du discours que l’on tient chaque que « du faire » : qu’il s’agisse de faire/ne pas faire, faire bien/faire mal, dire que l’on fait /faire réellement, annoncer que l’on va faire/faire ou ne pas faire … Un respect que tout praticien du soin attend, en retour, d’être également l’objet : sollicitude des enseignants pour les élèves, sollicitude des éléves pour les parents, sollicitude des parents pour les enseignants… Tous les enseignants, tous les élèves, tous les parents : le système du soin généralisé est un vaste programme !
    Éloïse GIRAULT, livrant une lecture du livre Un monde vulnérable. Pour une politique du care de Joan TRONTO (Paris, La Découverte, 2009, 239 p.), note que la philosophie politique définit le care d’une façon globale comme « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre monde de sorte que nous-mêmes, ainsi que tous ses habitants, puissent y vivre le mieux possible ».GIRAULT Eloïse, (2010). « Un monde vulnérable. Pour une politique du care, de Joan Tronto », Sociétés et jeunesses en difficulté, n°9 | Printemps 2010. URL : http://journals.openedition.org/sejed/6724
  • Choisir quelquechose de « fou » ne consiste pas à « être fou » dans un sens qui consisterait à manifester une fantaisie extrême, une originalité à tout prix, à déroger aux règles institutionnelles communément admises, mais à « atteindre l’excellence », c’est-à-dire à « entrer dans un cercle » au sens où René CHAR parle d’ : « entrer dans le cercle de la bougie et s’y tenir, en ne cédant pas à la tentation de remplacer les ténèbres par le jour et leur éclair nourri par un terme inconstant. »

    CHAR René, (1983). « Justesse de Georges de La Tour (1966) », (Dans la pluie giboyeuse) in  Œuvres complètes, Gallimard, p. 455.

Le fou du rêve n’a rien à voir avec faire le fou. Il vise tout au contraire à « entrer dans le cercle », à faire effort pour se hisser au meilleur de soi-même afin et que les « apprenants » (élèves, étudiants, stagiaires) se rapprochent au plus près de l’excellence.

C’est ainsi que nous entendrons la prière du père Louis-Joseph LEBRET (1897-1966) « Ô Dieu, envoie-nous des fous », souvent citée, en contextualisant la folie invoquée et en la poussant jusqu’à ce qui nous apparaît être son terme.

« Ô Dieu, envoie-nous des fous, qui s’engagent à fond, qui oublient, qui aiment autrement qu’en paroles, qui se donnent pour de vrai et jusqu’au bout. Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés, capables de sauter dans l’insécurité : l’inconnu toujours plus béant de la pauvreté. Il nous faut des fous du présent, épris de vie simple, amants de la paix, purs de compromission, décidés à ne jamais trahir, méprisant leur propre vie, capables d’accepter n’importe quelle tâche, de partir n’importe où, libre et obéissants, spontanés et tenaces, doux et forts. Ô Dieu, envoie-nous des fous ! Ainsi soit-il. »

LEBRET Louis-Joseph (1897-1966), « Ô Dieu, envoie-nous des fous », http://site-catholique.fr/index.php?post/Priere-de-Louis-Joseph-Lebret

Fous exclus, fous « inclus », fous qui souffrent et qui font souffrir leurs proches, fous imaginaires, mais qui entrent dans le cercle éclairé par la bougie dans un tableau de Georges de LA TOUR, engagés dans une voie qui postule l’excellence.

La perspective de l’excellence ici ouverte n’a rien à voir avec le n’importe quoi des innovations pédagogiques débridées, ni avec le n’importe comment des pratiques éducatives confuses ou laxistes qui, l’une et l’autre, ont pour effet de créer dans l’immédiateté des effets de surface qui détournent des exigences profondes que sont l’acquisition de connaissances, la construction d’expériences, et l’acquisition de méthodes qui sont propres aux  pratiques professionnelles.

B.M.


COMMENTAIRES
21 avril 2022
Frustration, déception et inquiétude face à « l’école inclusive »

Dominique MOMIRON, inspecteur de l’éducation nationale honoraire et ancien conseiller pour l’école inclusive de l’Académie de Clermont-Ferrand livre le témoignage suivant dans Le Café pédagogique (« Toute l’actualité pédagogique sur Internet ») en date du 17 mars 2022.

« Tous les gouvernements de ce début de XXIe siècle obéissent davantage aux nécessités politiques du temps électoral d’une mandature de cinq ans qu’aux besoins du temps long qui est celui de l’éducation. L’illusion performative est alors intrinsèquement liée à la communication politique.
Concernant l’école inclusive, le quinquennat qui s’achève actuellement en aura été l’un des plus actifs en l’espèce. On allait enfin créer une école « pleinement inclusive » au terme d’un plan volontariste achevé en 2022. Chaque rentrée, une kyrielle de données chiffrées succédaient triomphalement à la précédente.
Pour la première fois en 2019, une circulaire de préparation de la rentrée signée par le ministre était intégralement consacrée à l’école inclusive en vue de créer un grand service public de l’école inclusive. Et la loi pour une école de la confiance de juillet 2019 comportait un chapitre de six articles entièrement dédiés au renforcement de l’école inclusive.
Au terme de cette période 2017-2022, il est patent qu’ont été créés de nouveaux dispositifs (SDEI, PIAL, CDSEI, CNSEI, Cap école inclusive, automatisation des aménagements d’examen, convention régionale de partenariat avec les ARS, LPI) et que des moyens supplémentaires ont été budgétés (emplois d’AESH, Ulis, UEE Autisme).
Et pourtant, sur le terrain, aussi bien du côté des professeurs que pour les AESH et les parents, jamais ne s’est estompé un énorme sentiment de frustration, de déception et d’inquiétude face aux réalités. C’est qu’il y a loin de la coupe aux lèvres »

MOMIRON Dominique (2022). « L’école inclusive et ses obstacles », Le Café pédagogique  (Toute l’actualité pédagogique sur Internet), 17 mars 2022. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2022/03/17032022Article637830960146105288.aspx


Commentaire
Mercredi 18 mai 2022
Des affaires de triangles

A l’occasion de recherches concernant John DEWEY, je découvre dans un article de 2017 de Michel FAURE qui comporte en illustration un triangle de même type. Je ne le connaissais pas. Ma réflexion de départ concernait la place et le pouvoir exercé par de ce que l’on désigne communément sous le terme d’ « institution ». La question est donc à approfondir.
On lira ci-dessous, à la suite ce cette illustration, un extrait de l’article de Michel FAURE.

Dynamique du champ pédagogique, extrait de « Dewey et le triangle de la formation » de Michel FABRE.

Dynamique du champ pédagogique, extrait de « Dewey et le triangle de la formation » de Michel FABRE.

« À suivre le fil conducteur du langage ordinaire, former c’est en effet à la fois former quelqu’un à quelque chose et pour quelque chose. D’où les trois logiques de la formation :

    • la logique psychologique (former quelqu’un),
    • la logique didactique (le former à quelque chose),
    • la logique sociale ou socio-économique (le former pour quelque chose).

On retrouve là le triptyque deweyen, les trois objectifs que Dewey assignait à la formation :

    • le développement,
    • la culture,
    • l’utilité sociale.

C’est là un des leitmotive de Démocratie et Éducation (Dewey, 1983, p. 141-155). Si chaque formation enveloppe nécessairement ces trois logiques, on conçoit qu’elle puisse privilégier l’une ou l’autre selon les finalités qu’elle se donne. On parlera alors de formation professionnelle, de formation psychosociologique ou de formation didactique selon qu’il s’agit plutôt de préparation au métier, de développement personnel ou de construction de savoir.

La modélisation utilisée, inspirée de celle de Jean Houssaye (2009), en situant les trois types de formation sur un triangle, fait apparaître leurs problématiques spécifiques. Le problème de la formation professionnelle est d’articuler logique sociale et logique didactique puisqu’il s’agit de l’apprentissage d’un métier en vue d’une insertion socio-professionnelle. Celui de la formation psycho-sociologique, d’articuler logique psychologique et logique sociale puisque ce qui est en jeu est le développement et l’insertion ou la réinsertion sociale d’un sujet fragile. Enfin la problématique de la formation didactique vise la conjonction entre développement du sujet et acquisition de savoir. »

FABRE Michel (2017). « Dewey et le triangle de la formation », Questions Vives, n° 27 | 2017, URL: http://journals.openedition.org/questionsvives/2069; DOI: https://doi.org/10.4000/questionsvives.2069

B.M.


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2022/04/05/a-la-recherche-de-la-communaute-educative-inclusive-le-colloque-de-lisp-faculte-deducation-de-linstitut-catholique-de-paris-23-24-mars-2022-1ere-partie/

Posted in Communauté éducative inclusive, École inclusive, Inclusion scolaire, Institut Catholique de Paris (ICP), ISP - Faculté d'Éducation / ICP, MACRON Emmanuel, MERIGOT Bernard, MUTUALE Augustin, POMBET Thibaud, SERINA-KARSKY Fabienne | Commentaires fermés sur À la recherche de la communauté éducative inclusive. Le colloque de l’ISP-Faculté d’Éducation de l’Institut Catholique de Paris (23-24 mars 2022). 1ere partie

L’engagement de la recherche en Sciences sociales et la Guerre de la Russie contre l’Ukraine 2022 : « L’importance de nos savoirs pour comprendre la marche du monde n’est plus à démontrer » (Christophe Prochasson)

Max WEBER (1864-1920) a établi que les faits n’existent « ni en dehors du contexte de leur production, ni en dehors du sens qu’on leur donne » : leur contextualisation historique est constitutive de tout raisonnement critique, qu’il soit anthropologique, sociologique ou  politique.

Le fait que constitue l’invasion militaire le 24 février 2022 de la République d’Ukraine, indépendante depuis 1991, par l’armée de la Fédération de Russie présidée par Vladimir POUTINE, constitue un fait majeur du début du XXIe siècle. Le fait matériel qui consiste pour les chars et les soldats russes à franchir la frontière séparant la Russie de l’Ukraine, ainsi que les survols et les bombardements de villes ukrainiennes, et les multiples faits de guerre commis, ont surpris aussi bien les gouvernements que les ressortissants de l’Europe occidentale et des États-Unis. Les rapides réactions de protestation qui se sont immédiatement manifestées dans presque tous les pays du monde (prises de position, manifestations, pétitions, gestes de solidarité…), ainsi que les décisions gouvernementales françaises et européennes annoncées, ont simultanément généré la construction des sens complexes de ce fait majeur, celui d’une nouvelle guerre.

Toutes les périodes de crise, avec leur lot d’angoisse, de misères, de tragédies, sont des moments malheureux pour rappeler l’utilité du savoir, des sciences et des recherches qu’elles mènent, des expériences de terrain qu’elles accumulent, des connaissances critiques qu’elles produisent, souvent dans l’indifférence, lorsqu’il ne s’agit pas du dénigrement de leurs travaux.

Les universités, les grands établissements d’enseignement et de recherche, eux ne sont pas indifférents à la marche du monde. Christophe PROCHASSON, historien et président de l’École des Hautes études en Sciences Sociales en apporte le témoignage en ce 28 février 2022.

Bernard MÉRIGOT
Anthropologue
Chercheur associé à la MSH de Paris-Saclay

Invasion par la Russie de l’Ukraine. Carte. Situation au 25 février 2022. Extrait, Le Parisien, 25 février 2022.

RÉACTION DE L’ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES
SUR LA SITUATION EN UKRAINE
Message envoyé le 28/02/2022 à toute la communauté de l’EHESS

Face à une situation où se trouve mise en péril la paix du monde faisant peser une lourde menace sur les libertés du peuple ukrainien comme sur celles des citoyens et citoyennes russes engagées contre cette guerre, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales ne peut rester sans réaction.

De nombreux et nombreuses collègues n’ont pas tardé à se mobiliser en France et en Russie même, comme l’atteste le lancement d’une impressionnante pétition dénonçant les agissements bellicistes du gouvernement russe.

Au nom de l’École, la présidence de l’EHESS :

  • apporte son soutien au peuple ukrainien
  • salue le courage des opposants russes.

Tel est le sens du communiqué de presse qu’elle a souhaité publier conjointement avec nos collègues du Centre d’Études des mondes russe, caucasiens et centre européens (CERCEC), concernés au premier chef par ce désastre humanitaire dont les conséquences sur la vie scientifique s’annoncent immenses. Il faudra savoir, dans les plus brefs délais, en apprécier justement les effets de long terme pour être en mesure de les atténuer.

Dans les premières heures du conflit, l’École s’est concentrée sur la situation des étudiantes et des étudiants, comme des collègues, encore sur leur terrain. A l’heure où j’écris ce message, nul ne semble être en danger et la plupart sont rentrés en France.

D’autres initiatives seront prises dans les jours qui viennent, notamment dans le cadre du programme PAUSE, dont l’École est l’un des tout premiers acteurs, ou du programme étudiants exilés. Des moyens pourront aussi être dégagés sur les fonds non utilisés du programme post-doc à la suite d’un concours partiellement infructueux. L’accueil et l’hospitalité doivent constituer l’une de nos réponses : elles appellent l’engagement des Centres sans lequel nous ne parviendrons pas à recevoir les exilés comme il convient de le faire. La présidence est à l’écoute de toutes les propositions qui peuvent se faire jour afin de répondre à ces configurations toujours extrêmement délicates.

Enfin, l’École envisage de proposer une rencontre autour de l’Ukraine à ses partenaires du campus Condorcet. Nos collègues du CERCEC seront consultés à cet effet dans les prochaines heures afin de définir au mieux une proposition pertinente.

Dans ces circonstances, hélas tragiques, la démonstration est une nouvelle fois faite de l’importance de nos savoirs pour comprendre la marche du monde.

Les investissements scientifiques se font parfois trop tard au regard des défis de l’histoire.

L’École peut aujourd’hui se féliciter de disposer de l’un des foyers d’études sur les mondes russes post-soviétiques les plus vivants, comme de compétences indispensables dans l’analyse générale des conflits. Il lui revient donc de jouer un rôle de premier plan en ce moment crucial. Ses chercheuses et chercheurs sont prêts.

Christophe PROCHASSON
Président de l’EHESS
28 février 2022


RÉFÉRENCES
PROCHASSON Christophe
(2022). « Réaction de l’EHESS sur la situation en Ukraine. Message envoyé le 28 février 2022 à toute la communauté de l’EHESS », L’engagement de recherche en Sciences sociales et la Guerre de la Russie contre l’Ukraine 2022 : « L’importance de nos savoirs pour comprendre la marche du monde n’est plus à démontrer » (Christophe Prochasson)
https://www.ehess.fr/fr/hommage/r%C3%A9action-lehess-sur-situation-en-ukraine

ILLUSTRATIONS

  • Invasion par la Russie de l’Ukraine. Carte. Situation au 25 février 2022. Extrait de Le Parisien, 25 février 2022.

ANNEXE

Le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) est issu de l’ancien Centre d’études sur la Russie, l’Europe orientale et le domaine turc, fondé par Alexandre Bennigsen à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) dans les années 1960. Scindé en deux en 1995, ce laboratoire de recherche a donné naissance
  • d’une part, au Centre d’histoire du domaine turc,
  • d’autre part, au Centre d’études des mondes russe, soviétique et post-soviétique.
Ce dernier a été associé au CNRS en 1999 avant de devenir Unité mixte de recherche (UMR) en 2001. Il a changé de nom en 2004 pour devenir le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (UMR 8083) afin de rendre compte de l’évolution des recherches menées en son sein.
Créé avec une forte dominante historique, le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen est aujourd’hui un laboratoire pluridisciplinaire de recherche en sciences sociales. Il rassemble des historiens, des géographes, des politologues, des sociologues, des anthropologues… Il accueille des étudiants (master, doctorat) inscrits à l’EHESS désirant se spécialiser sur la vaste aire culturelle est-européenne.
Les spécialisations respectives des membres de l’équipe permettent de couvrir une longue période, allant du XVIIe siècle à nos jours, et un large espace qui s’étend de l’ancien « bloc socialiste » est-européen jusqu’au Caucase et à l’Asie centrale. Fédérant des recherches très diverses, le Cercec est devenu, en France, le centre de recherche de référence dans son domaine.  Il est aujourd’hui membre du labex Tepsis.

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article :

Posted in École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), MERIGOT Bernard, PROCHASSON Christophe, Ukraine Invasion Russe de 2022 | Commentaires fermés sur L’engagement de la recherche en Sciences sociales et la Guerre de la Russie contre l’Ukraine 2022 : « L’importance de nos savoirs pour comprendre la marche du monde n’est plus à démontrer » (Christophe Prochasson)

Bernard Mérigot, chercheur associé à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Saclay

Aucune entreprise de « recherche » – au sens universitaire et académique du terme – ne peut-être formulée, engagée, conduite, poursuivie, finalisée… dans la solitude. Qu’elles soient modestes ou de vastes envergures,  toutes comportent une origine et des points de passage avec les autres. Il y a toujours des institutions et des groupes pour remplir d’indispensables fonctions : incitation, accompagnement, questionnement, orientation, encouragement, contrôle, validation, financement, évaluation, voire sanction…

Qu’est-ce qu’une Maison des Sciences de l’Homme ? La première Maison des Sciences de l’Homme a été créée en 1963 à l’initiative de l’historien Fernand BRAUDEL (1902-1985). Son idée était de développer une recherche interdisciplinaire propre aux sciences humaines et sociales dans la continuité de celui qui avait présidé notamment à l’émergence de « l’École des Annales » dans la première moitié du vingtième siècle, ou de celui du Structuralisme dans sa deuxième moitié.

Aujourd’hui les Maisons des Sciences de l’Homme sont des institutions publiques qui regroupent sur un même lieu des moyens de recherche et des laboratoires comprenant des chercheurs issus de divers institutions (université, Grands établissements d’enseignement supérieur, organisme de recherche, entreprises, associations…) qui, appartenant à des disciplines différentes des Sciences humaines et sociale (SHS), sont susceptibles de s’engager en commun dans des programmes de recherche, pluridisciplinaires, ou interdisciplinaires, ouverts sur la coopération internationale.

La Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay (MSH Paris-Saclay) a été créée en 2015.

LES TROIS THÈMES DE RECHERCHE
DE LA MSH DE PARIS-SACLAY

La MSH Paris-Saclay se fixe comme objectif de développer l’interdisciplinarité entre les Sciences Humaines et Sociales (SHS) et les autres sciences. Cette orientation stratégique répond à la nécessité de relever deux défis majeurs pour les générations futures :

  • la transition numérique
  • la transition écologique.

Les axes de recherche de la MSH Paris-Saclay ont été définis afin de mettre les chercheurs en SHS du périmètre Paris-Saclay au service de cette stratégie, et ce au sein de trois axes de recherche : deux axes de recherche sur ces grandes transitions et un axe transversal sur l’innovation.

Ces trois axes de recherche sont les suivants :

  • 1.Axe « Numérique et humanités »
  • 2.L’Axe « Environnement et santé »
  • 3.L’axe transversal « Transition et innovation

1. L’AXE « NUMÉRIQUE ET HUMANITÉS » catalyse les dynamiques de recherche autour de la révolution numérique et de ses ambivalences. Cette Évolution/révolution

  • change le visage des sociétés et des économies,
  • représente des opportunités de développement,
  • constitue des fragilités et des menaces pour les libertés individuelles et collectives.

Les réseaux, les données massives, et l’algorithmique sont au cœur des projets de recherche de la MSH.

2. L’AXE « ENVIRONNEMENT ET SANTÉ » a pour objectif de porter les interactions entre les recherches

  • sur l’environnement,
  • sur le territoire,
  • sur la santé.

Scientifiques et politiques sont préoccupés par les relations entre santé humaine et santé environnementale. On doit préciser que la santé physique comme la santé psychologique sont l’une comme l’autre concernées.

La prédation de l’environnement accélérée par le progrès scientifique a permis dans le passé d’assurer la subsistance de la majeure partie de l’humanités. Elle met aujourd’hui en péril leur subsistance présente et future. Les urgences environnementales et sanitaires invitent les scientifiques à « fabriquer » des solutions. Le mot d’ordre de « mitigation » n’est plus d’actualité, ceux d’adaptation et de transition s’imposent.

3. L’AXE TRANSVERSAL « TRANSITION ET INNOVATION » accompagne les recherches méthodologiques et réflexives sur les sciences et les techniques, et l’innovation comme cause et effet des transitions.

Bernard MÉRIGOT
Anthropologue
Chercheur associé à la MSH Paris-Saclay

RÉFÉRENCES
https://www.uvsq.fr/maison-des-sciences-de-lhomme-paris-saclay-msh-paris-saclay

Posted in Maison des Sciences de l'Homme de Paris-Saclay, MERIGOT Bernard, Recherche Action, Recherches territorialisées | Commentaires fermés sur Bernard Mérigot, chercheur associé à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Saclay

Que peut apporter le regard de l’anthropologie sur les pratiques pédagogiques ? Trois exemples (Amérindiens, Soninkés, Kanaks)

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°455, lundi 3 mai 2021

Diversité ou unité ? L’école, l’enseignement et l’éducation sont traversés par deux lignes de force. Nous sommes en présence d’un monde partagé :  Jean-Paul FILIOD, dans son introduction au numéro spécial de la revue Ethnologie française consacré à l’ « Anthropologie de l’école » publié en 2007, écrit que l’école est le « lieu d’une tension récurrente entre deux réalités » :

  • d’un côté, les diversités : c’est la promotion de l’individu et de sa liberté qui sont projetées dans l’espace public pluriel,
  • d’un autre côté, l’unité : c’est le cadre national du système éducatif, dont la République et la Laïcité ont le projet de définir une citoyenneté qui se situe « au-delà et au-dessus des appartenances dites communautaires ». (1)

Comment analyser les situations qui composent cette réalité double ? Sont-elles à force égales ? Ou bien illustrent-elles une partie de tir à la corde ?
Et comment interroger la pluralité des normes, et cerner les logiques auxquelles se trouvent confrontées toute pédagogie (
Παιδαγωγία, Paidagoyía), cet art d’enseigner tout à la fois savoir, savoir-faire et savoir-être ?
Et enfin, comment remettre à leurs justes places les pouvoirs (politiques, institutionnels, sociaux…) qui s’exercent sur les pratiques pédagogiques ?

Tintin instituteur au Congo : « Combien font deux plus deux ? » (1946).  Cette réédition de Tintin au Congo publie une illustration redessinée et un texte modifié par rapport à l’édition originale de 1931. Les albums des bandes dessinées d’Hergé (1907-1983) ont marqué depuis maintenant presque un siècle la culture de plusieurs générations d’adolescents, du XXe siècle et du XXIe siècle… Leur analyse comprend une importante littérature et les stéréotypes contenus dans chaque album méritent d’être replacés de façon critique dans le contexte historique de leur production. (Tintin au Congo, Tournai (Belgique), Casterman, 1946, p. 36).

DEUX RÉALITÉS, TROIS EXEMPLES

Inculquer à des enfants ce qui leur sera nécessaire pour vivre en société lorsqu’ils seront adultes relève d’un processus d’enculturation. Quelles « cultures » ? Avec quelles pédagogies ? Et pour vivre dans quelle(s) société(s) ? Cette perspective a animé de nombreuses recherches en anthropologie de l’éducation, d’abord aux États-Unis, puis en Europe. Elles ont concerné les minorités culturelles en portant attention aux différences qui distinguent :

  • d’un coté, un milieu d’origine,
  • de l’autre coté, une société d’accueil.

L’anthropologue et sociologue Jean-Paul FILIOD présente trois exemples qui donnent à voir et à entendre les discontinuités existantes entre des « cultures » différentes, ainsi que les malentendus qui en découlent entre les enseignants et les élèves. Ces exemples sont les suivants :

  • l’enfant Amérindien silencieux,
  • l’enfant Soninké et son « rapport à plaisanteries »,
  • le refus de l’élève Kanak de participer au « jeu pédagogique » – fondement du dialogue rhétorique entre le maître et l’élèvedes questions/réponses.

1.L’ENFANT AMÉRINDIEN SILENCIEUX

Contexte. États-Unis, années 1970, enfants amérindiens.
Attente. Les enseignants attendent une participation orale des élèves en classe.
Situation. Certains élèves se font remarquer par leur silence. Plutôt effacés, ils manifestant le syndrome de « l’enfant indien silencieux » [Bachmann et al., 1981 : 198], (2) Les enseignants cherchent à encourager la communication verbale en posant des questions, et en se manifestant soit  par des sollicitations bienveillantes, soit par des injonctions fermes.
Aucun résultat. La réputation des enfants amérindiens est alors faite : timides, indifférents aux activités scolaires, non compétitifs, en retrait… Le premier diagnostic qui coule de source est celui d’un : « déficit linguistique dont le milieu familial serait la cause » [op. cit.].
Analyse anthropologique. Après réflexion et enquête, Susan PHILIPS [1972] rapporte que l’explication de ce silence tient à une différence de code de communication entre le milieu scolaire et le milieu communautaire.
Dans le milieu communautaire, les activités ouvertes à tous sont rarement organisées et dominées par un seul individu. Du coup, les élèves amérindiens se trouvant dans le milieu scolaire ne comprennent pas la place singulière de l’enseignant unique. (3)

Pensionnaires amérindiens et personnels du Pensionnat catholique d’Amos / Pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery, en Abitibi (1955-1972) au Québec, lors de la visite de l’évêque d’Amos.  Depuis les débuts de la campagne d’évangélisation du XIXe siècle, les visites épiscopales constituaient des événements importants chez les Amérindiens de l’Ouest québécois, considérés comme tous convertis au christianisme au début du xxe siècle. Photo non datée (sans doute dans les années 1950), Archives Deschâtelets. Extrait de l’article de Marie-Pierre BOUSQUET, « Êtres libres ou sauvages à civiliser ? L’éducation des jeunes Amérindiens dans les pensionnats indiens au Québec, des années 1950 à 1970 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 2012.

Les cas d’analyses erronées concernant des enfants amérindiens sont nombreux. Comme dans le cas des enfants qui ont été « éduqués » dans les pensionnats indiens au Québec dans les années 1950-1970, et où ils ont subis de très graves maltraitances.
Depuis les débuts de la campagne d’évangélisation du XIXe siècle, les visites épiscopales constituaient des événements importants chez les Amérindiens de l’Ouest québécois, considérés comme tous convertis au christianisme au début du xxe siècle.
Quels que soient les actes de reconnaissance et de repentance effectués par les autorités canadiennes au début du XXIe siècle, ces problèmes sont encore d’actualité en 2021. On lira avec profit l’étude de Marie-Pierre BOUSQUET, professeure au département d’anthropologie de l’université de Montréal. Spécialiste des questions amérindiennes du Canada, elle s’intéresse particulièrement aux cultures et aux sociétés algonquiennes de l’Est canadien.
Elle écrit en 2012 que l’école canadienne « continue à valoriser des modes d’apprentissage qui correspondent aux codes occidentaux, par exemple dans les interactions entre les professeurs et les élèves, dans les évaluations des performances ». Elle en vient à se poser la question : « Peut-on adopter une pédagogie plus culturellement adéquate pour les Amérindiens ? » (4) Une question qui demeure ouverte.

2. L’ENFANT SONINKÉ ET SON « RAPPORT A PLAISANTERIES »

Contexte. En France, années 1980, enfants d’origine Soninké (Afrique de l’Ouest sahélienne, Mali…).
Problème. Lors d’activités ludiques, ils manifestent à l’égard de leurs instituteurs et leurs animateurs de centre aéré un comportement qui est jugé dans le contexte scolaire et éducatif comme relevant de l’indiscipline, de l’arrogance, de l’irrespect, avec des bousculades, des injures…
Analyse anthropologique. Il apparaît manifestement que cette attitude de groupe est codée. Jacques BAROU [1991] montre comment des Soninkés ayant migré en région parisienne depuis l’Ouest africain, continuent à se référer à leur système de parenté d’origine, pratiquant un « rapport à plaisanteries » entretenu avec leurs grands-parents et oncles restés au pays d’origine. (5)

3. LE REFUS DES ÉLÈVES KANAK DE PARTICIPER EN CLASSE AU JEU PÉDAGOGIQUE

Contexte. Nouvelle-Calédonie, années 1990, enfants kanaks.
Problème. Des enseignants de mathématiques rencontrent des difficultés avec des élèves d’origine kanak qui refusent à répondre aux exercices proposés.
Analyse anthropologique. Il apparaît que « l’idée de problème au sens où nous l’entendons – problème dont l’adulte connaît la solution mais qui est présenté de manière à ce que l’enfant ne puisse pas répondre immédiatement – est étrangère aux interactions coutumières » [Clanché, Sarrazy, 2002 : 15]. (6)

LIBERTÉ OU CONTRAINTE ?

Quelles sont les limites de la liberté ? Quelles sont les limites  de la contrainte ? Les deux questions appliquées à l’éducation ont des racines anciennes. Dans son Traité de pédagogie, publié après sa mort en 1803, Emmanuel KANT écrit : « Un des plus grands problèmes de l’éducation est de concilier sous une contrainte légitime la soumission avec la faculté de se servir de sa liberté. Car la contrainte est nécessaire ! Mais comment cultiver la liberté par la contrainte ? Il faut que j’accoutume mon élève à souffrir que sa liberté soit soumise à une contrainte, et qu’en même temps je l’instruise à en faire lui-même un bon usage. Sans cela il n’y aurait en lui que pur mécanisme ; l’homme privé d’éducation ne sait pas se servir de sa liberté. Il est nécessaire qu’il sente de bonne heure la résistance inévitable de la société, afin d’apprendre à connaître combien il est difficile de se suffire à soi-même, de supporter les privations et d’acquérir de quoi se rendre indépendant. » (7)

L’UNITÉ POLITIQUE CONTRE LES DIVERSITÉS PÉDAGOGIQUES

La dernière classe. « Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu’il put « Vive la France ! ».  Extrait de « La Dernière classe. Récit d’un petit Alsacien » d’Alphonse DAUDET, in Contes du Lundi. Extrait de La Vie littéraire à l’École, Cours élémentaire, de E. HULEUX, 1915, p. 237. Collection CAD.

Les situations polyculturelles dans l’enseignement ne sont pas seulement internes à la classe. Elles sont également externes. Un exemple. Dans un manuel scolaire de Français destiné au cours élémentaire dont le titre est La Vie littéraire à l’École publié par E. HULEUX en 1915 (3e édition), une des leçons reprend le texte d’Alphonse DAUDET « La Dernière classe » extrait de ses Contes du Lundi de 1873. C’est le récit d’un petit Alsacien qui relate un épisode violent qui a été vécu douloureusement par les habitants des départements français annexés à la suite de la défaite de 1870. Il s’agit de la suspension  in situ  des instituteurs français, qui faisaient cours en langue française, et de leur remplacement immédiat par des instituteurs allemands qui feront désormais cours en allemand. Le texte, renforcé par une illustration, met en scène un instituteur français qui donne son dernier cours : « Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu’il put « Vive la France ! ». (8)

Cette scène paroxistique, qui a pour théâtre une salle de classe se situe dans le contexte des suites d’une guerre. Elle montre le pouvoir politique, représenté par une armée d’occupation étrangère, qui interdit la pratique quotidienne d’un enseignement dans une langue et qui en impose une autre.

CONCLUSION

  • Les enseignants n’enseignent pas ce qu’ils ont envie d’enseigner, pas plus que les élèves n’étudient ce qu’ils sont susceptibles aimer étudier. Nombre d’exemples montrent que l’origine des décisions mises en œuvre à l’école ne sont pas de nature pédagogique (c’est-dire relevant d’une logique interne), mais de nature politique (c’est-à-dire subissant une logique externe).
  • Le pouvoir politique commande le pédagogique, soit directement (physiquement), soit indirectement (idéologiquement). Il impose ce qui doit être enseigné, comment, et par qui. L’enseignant s’inscrit à l’intérieur de ce cadre subit.
  • Et naviguant entre deux cultures, le bilinguisme colonial ne reconnaît aux élèves aucun « besoin particulier », sinon celui d’être enculturés par la contrainte. Comment ce bien s’est-il transformé en un mal ? Comment s’est produit le retournement de l’un vers l’autre, transformant la justification, la recommandation, et la valorisation (le bien malgré l’autre) en dénonciation, la condamnation (le mal révélé) ?
  • Comment l’école inclusive de la fin du XXe siècle et du début de XXIe siècle s’est-elle accommodée des inclusions forcées ? Quelles sont celles qui demeurent ? Peuvent-elles un jour disparaître ? Quelles sont les limites de l’acceptabilité morale d’une société temporalisée à l’égard des contraintes tolérées ?

Bernard MÉRIGOT

Tintin instituteur au Congo : « Je vais vous parler de votre patrie : la Belgique » (1931).  Illustration et texte original de Tintin au Congo publié en 1931 par Hergé (1907-1983). Dans la réédition de 1946, le dessin sera revu avec le même cadrage. En revanche, le texte sera modifié. Il sera remplacé par « Combien font deux plus deux ? »


« Une classe de Géographie faite par un missionnaire italien dans la colonie anglaise du Kenia », Extrait de : ARQUILLIÈRE Henri-Xavier (1883-1956), Histoire de l’Église, Les Éditions de l’École, 1941, p. 499.

 

« UNE LEÇON D’ARITHMÉTIQUE. Une sœur de la Consolata de Turin, de la Mission de Nyeri, au Kenya, s’efforce d’apprendre l’arithmétique à ses petis négrillons. Les missionnaires de la Consolata ont dans la Mission de Nyeri 72 écoles élémentaires. » Cliché de l’Office intercolonial de documentation. Extrait de : ARQUILLIÈRE Henri-Xavier (1883-1956), Histoire de l’Église, Les Éditions de l’École, 1941, p. 499.


RÉFÉRENCES

1. FILIOD Jean-Paul, « Anthropologie de l’école. Perspectives », Ethnologie française, 2007/4 (Vol. 37), p. 581-595. DOI : 10.3917/ethn.074.0581. URL : https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2007-4-page-581.htm

2. BACHMANN Christian, LINDENFELD Jacqueline, SIMONIN Jacky, 1981, Langage et communications sociales, Paris, Hatier.

3. PHILIPS Susan U., 1972, « Participant structures and communicative competence : Warm Springs children in community and classroom », in C. Cazden, V. John, D. Hymes (eds), Functions of language in the classroom, New York, Teachers College Press : 370-394.

4. BOUSQUET Marie-Pierre, « Êtres libres ou sauvages à civiliser ? L’éducation des jeunes Amérindiens dans les pensionnats indiens au Québec, des années 1950 à 1970 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 14 | 2012. URL : http://journals.openedition.org/rhei/3415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.3415

5. BAROU Jacques, 1991, « Familles africaines de France : de la parenté mutilée à la parenté reconstituée », in M. Segalen (dir.), Jeux de familles, Paris, Éd. du CNRS : 151-171.

6. CLANCHÉ Pierre, SARAZY Bernard, 2002, « Approche anthropodidactique de l’enseignement d’une structure additive dans un cours préparatoire kanak », Recherches en didactique des mathématiques, vol. 22, 1 : 7-30.

7. KANT Emmanuel, Traité de pédagogie, Auguste Durand, 1855. Traduction d’Auguste BARNI.

8. HULEUX E., La Vie littéraire à l’École, Cours élémentaire, Publications Alcide Picard, 1915 Paris, p. 237.
Voir la reproduction de l’illustration dans l’article :
MÉRIGOT Bernard, « Comment aborder la spécialité « Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques » ? Les nouveaux programmes 2019 des classes Terminales des lycées », La lettre du Lundi de Mieux Aborder l’Avenir, n°366, lundi 19 août, 2019. http://www.savigny-avenir.fr/2019/08/19/comment-aborder-la-specialite-histoire-geographie-geopolitique-et-sciences-politiques-les-nouveaux-programmes-2019-des-classes-terminales-des-lycees/

Tintin, instituteur
HERGÉ, pseudonyme de Georges REMI (1907-1983), Tintin au Congo, 1931, p. 39.
HERGÉ, Tintin au Congo, Tournai (Belgique), Casterman, 1946. Réédition 1960, p. 39


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Tintin instituteur au Congo : « Combien font deux plus deux ? » (1946).  Cette réédition de Tintin au Congo publie une illustration redessinée et un texte modifié par rapport à l’édition originale de 1931. Les albums des bandes dessinées d’Hergé (1907-1983) ont marqué depuis maintenant presque un siècle la culture de plusieurs générations d’adolescents, du XXe siècle et du XXIe siècle… Leur analyse comprend une importante littérature et les stéréotypes contenus dans chaque album méritent d’être replacés de façon critique dans le contexte historique de leur production. (Tintin au Congo, Tournai (Belgique), Casterman, 1946, p. 36).
  • Pensionnaires amérindiens et personnels du Pensionnat catholique d’Amos / Pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery, en Abitibi (1955-1972) au Québec, lors de la visite de l’évêque d’Amos. Photo non datée (sans doute dans les années 1950), Archives Deschâtelets. Extrait de l’article de Marie-Pierre BOUSQUET, « Êtres libres ou sauvages à civiliser ? L’éducation des jeunes Amérindiens dans les pensionnats indiens au Québec, des années 1950 à 1970 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 2012. Depuis les débuts de la campagne d’évangélisation du XIXe siècle, les visites épiscopales constituaient des événements importants chez les Amérindiens de l’Ouest québécois, considérés comme tous convertis au christianisme au début du xxe siècle.
  • La dernière classe. « Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu’il put « Vive la France ! ». « La Dernière classe. Récit d’un petit Alsacien » d’Alphonse DAUDET, in Contes du Lundi. Extrait de La Vie littéraire à l’École, Cours élémentaire, de E. HULEUX, 1915, p. 237. Collection CAD.
  • « Une classe de Géographie faite par un missionnaire italien dans la colonie anglaise du Kenia »,
    Extrait de : ARQUILLIÈRE Henri-Xavier (1883-1956), Histoire de l’Église, Les Éditions de l’École, 1941, p. 499.
  • « UNE LEÇON D’ARITHMÉTIQUE. Une sœur de la Consolata de Turin, de la Mission de Nyeri, au Kenya, s’efforce d’apprendre l’arithmétique à ses petis négrillons. Les missionnaires de la Consolata ont dans la Mission de Nyeri 72 écoles élémentaires. » Cliché de l’Office intercolonial de documentation.
    Extrait de : ARQUILLIÈRE Henri-Xavier (1883-1956), Histoire de l’Église, Les Éditions de l’École, 1941, p. 499.

La Lettre du lundi de Mieux Aborder l’Avenir
n°55, lundi 3 mai 2021


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article :
http://www.savigny-avenir.fr/2021/05/03/que-peut-apporter-le-regard-de-lanthropologie-sur-les-pratiques-pedagogiques-trois-exemples-amerindiens-soninkes-kanaks/

Posted in Amérindiens, Anthropologie, Anthropologie de l'éducation, Canada, Kanaks, Pratiques pédagogiques, Soninkés | Commentaires fermés sur Que peut apporter le regard de l’anthropologie sur les pratiques pédagogiques ? Trois exemples (Amérindiens, Soninkés, Kanaks)

« Chez-soi » est-il un concept anthropologique ?

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°451, lundi 5 avril 2021

Chez-soi, chez-moi, chez-vous, chez-eux… : « chez » est une préposition qui se décline. Est-ce pour autant un concept ? Ou bien une famille de concepts ? Le Journal de Culture et Démocratie a publié à la fin de l’année 2020 un numéro hors-série intitulé de façon interrogative « Chez soi ? ». (1) Cette interrogation est formulée à un moment où, comme il est écrit dans la présentation, « la planète s’est enfermée dans sa quasi-totalité pour une première fois au printemps pour faire face au risque que représente le Coronavirus-19 ». Un enfermement dont l’un de ses mots d’ordre historique introduit en 2020 aura été « Restez-chez-vous ». Cette injonction paradoxale, quelque que soient ses motivations dictées par l’actualité sanitaire, doit être interrogée par les sciences sociales. C’est à ce travail que s’est livré le « Séminaire Anthropologie, Psychanalyse et Politique. Regard sur les terrains » lors de sa séance du vendredi 3 avril 2021. (2)

« Restez chez-vous, Macron demande aux Français de rester chez eux ». Extrait de Made in Marseille, 16 mars 2020. https://madeinmarseille.net/62934-coronavirus-macron-annonce-le-confinement-chez-soi

« RESTER CHEZ-SOI », C’EST ALLER PARTOUT

Le mot d’ordre présidentiel, énoncé ici dans son injonction collective par la formule « restez chez-vous », signifie pour chaque individu de « rester chez-lui », c’est-à-dire d’illustrer le « demeurer-chez-soi ». La parole macronienne doit être considérée ici comme une formidable Fake news, une fausse nouvelle, une information mensongère diffusée dans le but de tromper et de manipuler. Car « rester chez-soi » signifie exactement le contraire, c’est-à-dire : aller partout dans le monde avec son ordinateur, sa tablette, son téléphone. Certes, les déplacements physiques sont soit arrêtés, soit limités, mais les circulations de données numériques se trouvent multipliées à l’infini.
Ce qui rend supportable l’état de confinement, c’est le déconfinement débridé des circulations par Internet, sous toutes ses formes, pour échanger de façon interactive (à sens unique ou à double sens), photos, musiques,  vidéos… (sites institutionnels, associatifs et individuels, SMS, Facebook, TikeTok, Instagram, Facebook, Zoom…). Ce que l’on est empêché de faire est remplacé par une formidable ouverture : le confinement physique autorise, sans limite, toutes les libertés. Confiner des corps physiques, c’est déconfiner des corps numériques.

LE CONTEXTE IDENTITAIRE

Dans les années 1970-1980, poussée par l’économie capitaliste, un mouvement de mondialisation s’engage à l’échelle planétaire :

  • On commence à évoquer une « unification du monde » autour des termes de mondialisation, globalisation, planétarisation… et à penser en termes de flux, de déplacement, de circulation des capitaux, des personnes, et des cultures.
  • Cela a pour effet de refermer chacune des frontières sur ses territoires (Russie, États-Unis, Royaume-Uni…) autour d’identités nationales et traditionalistes.
  • La problématique du retour-de-l’habiter devient un refuge pour  chaque territoire concret de penser ses propres appartenances. Comment les recherches de terrain pensent-elles leurs manifestations individuelles et collectives ?

LA DESTRUCTION PROGRAMMÉE DU « CHEZ-SOI »

Le « chez-soi » peut connaître aussi bien le régime de la revendication enracinée, bruyante,  que l’acceptation silencieuse de sa destruction programmée. L’une de ces dernière porte un nom : celui de rénovation urbaine. Corinne LUXEMBOURG, Maître de conférence à l’École supérieure d’Architecture de Paris-La Villette, relate une expérience de terrain. Elle illustre le fait que derrière la sécurité du logis se cache la dignité des êtres. Menacer cette sécurité, c’est attenter à la dignité de ceux qui y vivent.

« Un jour, dans une commune de banlieue française, a lieu une réunion d’un conseil de quartier de prévention en présence d’un commissaire, d’un responsable de police municipale, d’un adjoint au maire, d’une représentante d’un bailleur social et d’habitant·et d’habitantes du comité de quartier désignés selon une procédure mystérieuse.
Il est question d’un programme de rénovation urbaine du quartier qui doit commencer dans les mois à venir et dont personne parmi les participant·ne donnera d’information tangible. Il est question de logements démolis d’abord, d’autres reconstruits mais après, de sorte que la possibilité pour les demandeurs de logement d’accéder à un chez-soi s’en trouve réduite. Donc, des logements seront démolis. Mais lesquels ? Quelle rue sera concernée ? Quelle cage d’escalier ? Qu’ont déjà décidé tous les responsables institutionnels
sans trouver comme nécessaire de se concerter d’abord la population vivant là ?
L’inquiétude, plutôt même l’angoisse, est palpable.
» (p. 9) (2)

C’est ainsi qu’une soft-violence détruit d’innombrables « chez-soi » d’habitants intégrés pour transformer en nouveaux déracinés dans leurs lieux de relogement imposé.

ÉTRANGE FAMILIARITÉ
FAMILIÈRE ÉTRANGETÉ

« A la recherche du concept perdu de chez-soi » pourrait être un film à la façon de « Indiana Jones. Les aventuriers de l’arche perdue » (Raiders of the Lost Ark, réalisé par Stephen SPIELBERG, 1981), c’est-à-dire une course-poursuite aux rebondissements multiples et aux retournements de situations, le sens de la séquence présente trouve chaque fois son sens dans la séquence qui la suit.
On est sans cesse confronté au spectaculaire, constamment dans l’implicite, le non-compris, voire l’incompréhensible. Cela tient au fait qu’il y a du latent, du non-révélé, du caché. Cela s’ouvre sur un paradoxe que Pascal HAMPHOUX et Lorenza MONDADA observent avec pertinence :

« Le concept de chez-soi renvoie ainsi au paradigme latent qui juxtapose des valeurs de permanence, de stabilité ou de sécurité, qui privilégie les figures spatiales de la clôture, de l’enfermement et de l’immobilité.
Si une telle configuration peut plonger ses racines dans la ratio étymologique, une autre configuration peut être imaginée, qui s’inspire du mouvement même de l’affranchissement de l’origine et d’élargissement du mot, et qui s’interroge en même temps sur les conditions de possibilités de l’identité subjective dans un rapport dynamique et nomade de l’espace.
Le chez-soi devient, selon cette dernière perspective, un rapport que le sujet recrée sans cesse avec les espaces qu’il parcourt, dans l’élaboration d’un sens qui n’est ni répétition, ni identification, mais genèse de structures et de repères produisant un sentiment d’étrange familiarité. » (p. 137-138)

BONJOUR CHEZ-VOUS

« Bonjour chez-vous » demeure pour les téléspectateurs de la série télévisé Le Prisonnier (The Prisoner, 1967), écrite par Georges MARKSTEIN et Patrick McGOOHAN, la formule répétitive qui vient clore les conversations que les personnages échangent lorsqu’ils se quittent. Les 17 épisodes de 52 minutes, soit près de 17 heures de programme rediffusées de multiples de multiple fois depuis plus de cinquante ans, et les thèmes empruntés au roman d’espionnage, à la science fiction et à la contre-culture des années 1970 (« Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre »), ont marqué de nombreuses générations et continuent d’en marquer de nouvelles.
La traduction du doublage français Bonjour chez-vous traduit le « Be seeing you » (« A vous revoir », ou « A bientôt ») de la version originale. Elle s’est imposée comme une formule qui veut dire davantage qu’un « Au revoir » dans la mesure où elle évoque un prolongement, un après, en l’occurrence pour le personnage du Prisonnier n°6 interprété par Patrick McGOOHAN qui rentre « chez lui » seul, et où personne ne l’attend.

  • « Bonjour » : c’est n’avoir personne à qui s’adresser, et donc ne parler à personne.
  • « Chez-vous » : c’est la double incertitude : la prison sans cause et la prison sans durée.

CONCLUSIONS

  • Travailler « chez-soi », être « seul avec les autres »
    Les téléconférences numériques se sont aujourd’hui imposées comme le modèle distanciel universel, non seulement pour les réunions professionnelles, associatives ou personnelles, mais aussi pour les cours d’enseignement (université, lycée, collège, école élémentaire, et même maternelle), les stages de formation, les séminaires de recherche, les colloques internationaux…
  • Pour être en relation interactive avec le monde extérieur désormais – c’est une obligation – chacun doit se se débrouiller chez-lui avec son petit ordinateur personnel (sa petite webcam, son petit abonnement Internet, sa petite imprimante…) pour pallier les confinements imposés par la pandémie Covid-10 depuis 2020. Chez-soi est devenu un petit studio de télévision indispensable pour être ouvert sur le monde.
  • Une évidence s’impose : on ne reviendra jamais au régime présentiel d’avant. On n’a pas encore bien mesuré les effets de ces pratiques et de l’usage universel imposé par les logiciels de téléconférence (Zoom, Google Meet, Microsoft Teams, Skype…). Il doit être relevé que les participants du séminaire qui réfléchit au « chez-soi », sont chacun chez-lui.
  • Chacun dans une case. L’écran de chaque utilisateur se partage désormais en une série de carrés comprenant l’image animée de chaque participants. La chose n’était pas prévisible, bien que déjà imaginée par nombre de films et de séries de science fiction. Il a été anticipé depuis plus de quarante ans par la télévision, les relations sociales étant représentées selon le mode d’un échiquier. Le dispositif n’est pas anodin. L’existence consiste désormais à occuper une case dans laquelle on est à la fois chez-soi, et avec les autres. Comme disait au début d’une téléconférence un élève de collège à une enseignante : « Madame, vous avez de beaux livres, et ils sont bien rangés. »
  • Qu’est-ce qu’ un concept anthropologique ?  C’est une notion opérative, élaborée précisément au sein de cette discipline qui appartient aux Sciences humaines et sociales (en l’occurence l’anthropologie sociale, tout en demeurant ouverte aux autres disciplines comme l’ethnologie, la sociologie, la philosphie, la psychanalyse…). Appliquée à une situation, à un terrain d’observation, à un corpus constitué, elle permet de donner un sens à des phénomènes, à des comportements, à des actes individuels et collectifs. Le « chez-soi » est indéniablement un concept à la fois politique (lié à des décisions de pouvoir) et  pratique (vécu par les confinés, les télétravailleurs, les élèves des collèges, lycées et universités) dont l’apparition dans l’espace public et privé est liée à la pandémie Covid-19 de mars 2020 et aux confinements qu’elle a entrainé. Il s’agit d’un concept scientifique en formation dont il faut suivre la construction.

Bernard MÉRIGOT


DOCUMENT

CHEZ-SOI ?
Le Journal de Culture & Démocratie
Hors-série, 2020

« Chez-soi », Hors-série, Le Journal de Culture et Démocratie, Bruxelles (Belgique), 2020., 82 p. https://www.cultureetdemocratie.be/

SOMMAIRE
  • Édito, p.2
    Corinne Luxembourg
  • Le mythe du retour, p. 6
    Dominique Bela
  • L’os du chez-soi, p. 9
    Corinne Luxembourg
  • Où est le « chez-soi » des éleveurs et éleveuses nomades de Mongolie ?, p. 13
    Charlotte Marchina
  • Humain, plus-qu’humain, P. 17
    Anna Tsing
  • Chez soi, littéralement, p.21
    Maria Elena, Naty et Valérie
  • Le cauchemar comme lieu de vie, p.25
    Joseph Tonda
  • Aller ailleurs. Pourquoi ? p. 29
    Julie Romeuf
  • Sur l’advenir et le devenir du souci du « chez-soi » européen, p.33
    Christian Ruby
  • Fils d’Arabe, p.37
    Zaïneb Hamdi
  • Il n’y a pas de naturalité du chez-soi, p.40
    Entretien avec Monique Selim
  • Les lignes de fuites, p. 43
    Hamedine Kane
  • Gaza : de l’enclave au continent, p. 46
    Ziad Medhouk
  • Ici ou ailleurs, p. 49
    Nimetulla Parlaku
  • Héros sans domicile fixe, p. 53
    Toma Muteba Luntumbue
  • L’Autre, p.57
    Zaïneb Hamdi
  • Politiques du retour, p. 60
    Entretien avec Yala Kisukidi
  • Le plus long voyage, p. 64
    Basel Adoum
  • Le contretemps de l’émigration et « l’impossible retour » des migrant/migrantes haïtiens/haïciennes, p. 69
    Bodeler Julien
  • Migrants, p. 73
    Zaïneb Hamdi
Côté images
  • Tendre à une écriture collective des territoires, p.77
    Entretien avec Axelle Grégoire
  • Axel Claes, p.81
    Maryline le Corre
En ligne
  • Bloc 9
    Dominique Bela
  • Journal photographique de Beyrouth
    Entretien avec Philippe Audi-Dor

RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE
1. « Chez-soi ? »,
Hors-série, Le Journal de Culture et Démocratie, Bruxelles, (Belgique), 2020, 82 p. https://www.cultureetdemocratie.be/productions/view/chez-soi

2. LUXEMBOURG Corinne (ed.), « Chez-soi ? », Hors-série, Le Journal de Culture et Démocratie, Bruxelles, (Belgique), 2020. Voir « Éditorial », p. 2-4.

3. « Chez-soi », Séance du vendredi 2 avril 2021, Séminaire Anthropologie, Psychanalyse et Politique. Regards sur les terrains, Détresses globales : politiques et productions de subjectivités, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Maison Suger, Paris 5e. (En visioconférence).
Séminaire organisé par Olivier DOUVILLE (Psychanalyste, Laboratoire CRPMS Université de Paris 7), Nicole KHOURI (Sociologue, IMAF), Julie PEGHINI (Anthropologue, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Paris 8, Laboratoire CEMTI), Monique SELIM Anthropologue, Directrice de Recherche émérite à l’IRD CESSMA, Ferdinando FAVA (Anthropologue, Professeur à l’université de Padoue (Italie), Laboratoire LAA UMR 7218 LAVUE).

4. AMPHOUX Pascal, MONDADA Lorenza, « Le chez-soi dans tous les sens », Architecture et Comportement/Architecture and Behaviour, Colloquia, École polytechnique fédérale de Lausanne, 1989, vol. 5 (n°2), p. 135-152. hal-01561820 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01561820/document


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

« Restez chez-vous, Macron demande aux Français de rester chez eux ». Extrait de Made in Marseille, 16 mars 2020. https://madeinmarseille.net/62934-coronavirus-macron-annonce-le-confinement-chez-soi/


COMMENTAIRE
6 avril 2021

Sur le phénomène des effets provoqués par l’usage du logiciel Zoom et sur la fatigue ressentie par ses usagers (Zoom Fatigue), voir :


La Lettre du lundi de Mieux Aborder l’Avenir
n°51, lundi 5 avril 2021


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2021/04/05/chez-soi-est-il-un-concept-anthropologique/

Continue reading

Posted in Anthropologie, Chez-soi, Concepts anthropologiques, Restez chez vous, SELIM Monique, Séminaire Anthropologie | Commentaires fermés sur « Chez-soi » est-il un concept anthropologique ?

Après l’incendie du Centre de données (Data Center) de Strasbourg. « OVH, le Cloud et l’Internaute »

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°448, lundi 15 mars 2021

On lira ci-dessous un entretien avec Bernard MÉRIGOT, Rédacteur en chef de Territoires et Démocratie Numérique Locale (TDNL) et président de Mieux Aborder L’Avenir (MALA).

  • Dans la nuit du 9 au 10 mars 2021 un incendie s’est déclaré dans le data center d’OVH Cloud à Strasbourg. Brutalement 3,6 millions de websites HTTP représentant 464 000 noms de domaines se sont retrouvés hors ligne. (1) Qu’en pensez-vous en tant que client d’OVH ?

Bernard MÉRIGOT. Territoires et Démocratie Numérique Locale (TDNL) est un média numérique (ISSN : 2261-1819) qui est en ligne sur le site http://savigny-avenir.info Nous sommes clients depuis maintenant plus de dix ans (2010) d’OVH. Tous les ans, nous payons un abonnement pour notre site, nos services de mails, nos noms de domaine.

•   Nous sommes globalement satisfaits de la continuité des services et des prestations assurées par OVH en tant que Fournisseur d’accès Internet (FAI) et d’hébergeur de bases de données.

•   Nous n’avons pas été atteints par les effets de l’incendie du mars 2021 et nous tenons à exprimer notre compassion et notre solidarité, en tant qu’usagers, pour ceux qui sont confrontés à des pertes de données numériques, qu’elles soient temporaires ou définitives.

Incendie du data center d’OVH à Strasbourg des 9-10 mars 2021. Crédit photographique JDN, Le Journal du Net. https://www.journaldunet.com/web-tech/cloud/1498567-incendie-chez-ovh-l-offre-de-cloud-prive-touche-en-plein-coeur/

NOUS SOMMES UN « MÉDIA http:// »
PARMI TANT D’AUTRES…

  • Comment se situe Territoires et Démocratie Numérique Locale (TDNL) parmi les médias numériques ?

B.M. Nous sommes supportés par une association Loi de 1901 sans but lucratif qui est Mieux Aborder L’Avenir (MALA) qui possède un SIREN/SIRET.
Notre site ne comporte aucune publicité et la totalité de nos articles est entièrement accessible. On ne trouvera nulle part, après un premier paragraphe d’introduction, une mention du genre « Il vous reste 80 % de l’article à lire. Vous devez vous abonner pour y accéder ». Nos visiteurs peuvent lire gratuitement 100 % de nos articles.
Nous occupons une place – qui est peut-être modeste, mais nous l’occupons, à part égale avec les médias professionnels – dans la galaxie médiatique des articles de fonds et de recherche. Nous avons quand même en ligne  2500 articles, et 4000 photographies et documents pdf en ligne.

  • Quel est votre bilan après dix années d’activité ?

BM. Notre site a été créé en 2010. Il a commencé son premier jour avec un premier article en ligne, puis deux, puis trois… Il a régulièrement publié, plusieurs fois par semaine, de nouveaux articles qui se sont ajoutés aux précédents.
Notre lectorat a suivi l’augmentation de notre offre en ligne. Il a atteint le total de 1 million de visites en 2015. Il est aujourd’hui, en 2021, à un total cumulé d’environ 6 millions de visites depuis notre création. La fréquentation quotidienne est évidemment variable selon les jours et les mois. Durant le mois de février 2021, pour prendre un seul exemple, 177 496 pages ont été visitées. C’est pas mal.

  • Est-ce que votre ligne éditoriale a changé en dix années ?

BM. Notre devise est empruntée à Christophe de SAVIGNY (1530-1587), érudit et «encyclopédiste» de la Renaissance. Elle est toujours « Tost ou tard, près ou loing, a le fort du faible besoing ».
Nous pensons que la pertinence de l’analyse du monde, ainsi que la transmission des leçons tirées des expériences acquises, ne sont en aucun cas liées à la notoriété personnelle ou institutionnelle de ceux qui les portent. Seule une pratique critique, s’appuyant sur des enseignements et des recherches fondées, est garante de l’authenticité humaine – c’est-à-dire citoyenne – d’une démarche.
La question qui se pose est : Comment je me situe, moi sujet social, par rapport aux opinions que j’exprime et aux connaissances que je prétends proposer au monde ?

Le contenu du site est toujours défini de la même façon : « Anthropologie globale du présent. Anthropologie citoyenne. Intelligence territoriale. Éditorialisation des identités locales. Récits de politique publique (Policy narrative). Gouvernances locales. Démocratie expérimentale. Démocratie participative. »

Ce qui caractérise notre façon de considérer le numérique, c’est d’être une «anthropologie du numérique». Elle est explicitée, par exemple, dans un numéro spécial intitulé « Marges et numériques » du Journal des Anthropologues (n° 142-143, 2015).

Marges et numérique, Journal des Anthropologues, 2015, n°142-143, 340 p. https://www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2015-3.htm

COMMENTAIRE DE LA COUVERTURE DU NUMÉRO. Elle reproduit une carte des connexions à Internet dans le monde. Celles-ci, figurées par des couleurs de diverses intensités, illustrent les inégalités géographiques ou sociales qui structurent son accès : de très vastes régions de la planète demeurent dans l’obscurité.
RÉFÉRENCES
MATTELART Tristan, PARIZOT Cédric, PEGHINI Julie et WANONO Nadine, « Le numérique vu depuis les marges », Journal des anthropologues, 2015, p.142-143. DOI : https://doi.org/10.4000/jda.6192 http://journals.openedition.org/jda/6192
  • Quel est le rapport entre votre activité, votre lectorat et l’incendie du data center d’OVH ?

BM. Il faut prendre en compte le fait que notre site reçoit chaque année un total d’environ 50 000 visiteurs qui lisent 1 000 000 de pages. Le bilan de l’année 2020 a été de 41 966 visiteurs et de 1 144 352 pages visitées. Son siège est en France, il est publié en langue française, mais il est consulté par le monde entier.
Nos articles comportent tous les références bibliographies (établies selon les normes universitaires) des sources utilisées. Nous sommes devenus un site de référence pour nombre d’universités et de centres de recherche en sciences humaines et sociales. Cela a entraîné une évolution dans l’ écriture et la publication de nos articles.
Nous sommes à l’opposé de ceux qui cherchent à produire des « buzz » (rumeurs qui se propagent rapidement sur les réseaux sociaux), des articles sans portée sur des sujets d’actualité qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. Nos articles sont désormais moins nombreux, plus longs, et ils s’efforcent d’apporter un regard citoyen sur l’action publique et sur les rapports de pouvoir qui s’exercent au sein des sociétés. Pour celà nous utilisons des notions, des concepts, des éléments de théorie, des expériences appartenant aux sciences humaines et sociales en général, et à l’anthropologie sociale telle que la concevait Claude LEVI-STRAUSS et telle que la conçoit aujourd’hui l’anthropologie de la mondialisation.
La mondialisation avec Internet nous ouvre une audience mondiale, et l’épisode malheureux rencontré par OVH qui est une entreprise française, est un effet induit par la mondialisation.

A partir de ce moment, nous avons une mission à remplir et la continuité permanente de l’accessibilité de nos articles, ainsi que la sauvegarde intégrale de leurs contenus, constituent un impératif absolu.

40 % DE NOS VISITEURS SONT AUX USA

Carte de la répartition dans le monde des visiteurs du média numérique Territoires et Démocratie Numérique Locale (TDNL) sur le site http://savigny-avenir.fr (créé en 2010). Carte établie le 12 mars 2021. Échelle décroissante de couleur en quatre catégories : Vert foncé, Vert, Vert pâle, Brun. © TDNL/Savigny-avenir, 2021

  • Qui sont vos visiteurs ?

BM. Sans entrer dans les détails, une analyse globale du dernier million de nos visiteurs  montre une répartition de leur localisation en quatre groupes :

  • En vert foncé : États-Unis d’Amérique (pour 40 %),
  • En Vert : Chine, France, Allemagne, Chine, Ukraine (pour environ 35 %),
  • En Vert clair : Russie, Grande-Bretagne, Estonie, Suède, Inde, Turquie, Roumanie  (pour environ 20 %),
  • En Brun : Canada, Seychelles, Japon, Mexique, Italie, Nouvelle-Zélande, Vietnam, Colombie, Italie, Roumanie, Inde, Indonésie…

La totalisation USA + Chine + Russie représente 57 % des visites de notre site.

  • Pour conclure, cette actualité de l’incendie d’un Data center vous amène quelles réflexions ?

BM. Toute catastrophe est un révélateur, à la fois physique, technique et anthropologique. Comment est-elle vécue ? Peut-elle être surmontée ? Et comment ? Quel rapport entrenons-nous avecla menace que représente la crainte que sa répétition inspire ?
Les sciences sociales sont en lutte contre l’évaporation de l’actualité superficielle temporaire (AST) qui se manifeste à chaque moment de la vie quotidienne.
Un seul exemple – couramment admis selon le mode de l’aveuglement – celui de l’usage universellement répandu des micros-trottoirs des journaux télévisés. Ils prétendent refléter l’opinion publique générale («ce que pensent les gens»), alors que du fait des conditions de leur captation toujours mise en scène (camera, reporter…), et des choix éditoriaux du montage final, ils opérent une manipulation, construisant une opinion qui relêve de la fiction.
La seule « vraie révélation » que l’on peut attendre, est celui du dévoilement de la complexité des structures englobantes des objets numériques.

C’est pourquoi nous disons que le problème des data centers ne s’achève pas, et ne s’achèvera pas :

  • ni avec l’extinction de l’incendie,
  • ni avec la détermination de sa cause (un onduleur qui aurait pris feu  ?),
  • ni avec la restauration d’une partie des données perdues,
  • ni avec le deuil des données définitivement perdues,
  • ni avec les nouvelles offres technico-commerciales des Fournisseurs d’accès Internet (FAI) comme OVH, qui doivent garantir une sauvegarde totale, à 100 % des données.

Schéma de principe de climatisation d’un data center élaboré par ABC CLIM. https://www.abcclim.net/climatisation-datacenter.html

LÉGENDE DE L’ILLUSTRATION
1. Allée froide, 2. Porte vitrée (confinement), 3. Faux plancher technique, réseau électrique, 4. Plafond étanche(confinement), 4. Allée chaude.
COMMENTAIRE
Un data center (ou centre de données, ou encore serveur) concentre des données dans des baies de stockage munies de serveurs informatiques. Ces dernières années, compte tenu de l’évolution des capacités de stockage sans cesse grandissantes des disques durs de nouvelles générations et de leurs densités, la quantité de chaleur à évacuer est devenue très importante.
Elle est de l’ordre de 2 kW par mètre carré de baies. Pour garantir les performances et le fonctionnement pérenne de ces installations, il est nécessaire de climatiser et d’évacuer cette chaleur.

LA THÉORIE DES DEUX PARADOXES DU NUMÉRIQUE

Un Retour sur expérience (RETEX) de cet incendie – qui est loin d’être un accident et qui relève à l’évidence du symptôme – doit donner lieu à une analyse anthropologique conduite non pas de façon abstraite, mais à partir de pratiques sociales concrètes observées et d’enquêtes portant sur l’imaginaire numérique.

  • Quels sont les rapports que les sociétés modernes entretiennent avec les machines et les réseaux numériques ?
  • Quels sont les propres rapports que moi j’entretiens avec ces mêmes machines ? Professionnellement, socialement, individuellement ?
  • Qu’est-ce qui se passe lorque les réseaux s’arrêtent et que les données disparaissent ?

On s’aperçoit que l’on débouche sur le fait les pratiques numériques reposent sur deux paradoxes croisés.

PREMIER PARADOXE
Qu’est-ce qui est matériel ? Qu’est-ce qui est immatériel ?

  • La numérisation des données informatiques repose sur leur dématérialisation qui les amène à circuler sur les réseaux et à être stockées en ligne (le cloud, le « nuage » en français).
  • Les données informatiques nécessitent des espaces matériels, physiques regroupant les équipements matériels permettant leur stockage, les data centers.

DEUXIÈME PARADOXE
Qu’est-ce qui est visible ? Qu’est ce qui est invisible ?

  • Les data centers sont abrités dans des bâtiments de taille très importante, très gros consommateurs d’électricité et producteurs de nuisances sonores et de dégagements de chaleur. Ils sont un
  • Pourtant, à ce jour les data centers bénéficient d’une quasi invisibilité sociale. Clément MARQUET remarque que « Les data centers sont aussi discrets dans le paysage des villes, certains sont implantés dans d’anciens immeubles ou entrepôts reconfigurés. L’architecture des bâtiments est générique et ne donne pas d’indice sur leur activité. » (3)

Nos conclusions sont les suivantes :

  • Il n’est pas possible de se contenter de conseiller à ceux qui habitent ou qui travaillent à coté d’un data center (encore faut-il qu’ils le sachent) de fermer leurs fenêtres et de couper leur climatisations en cas d’incendie afin de respirer le moins possible les fumées toxiques qui s’échappent…
  • On ne peut pas non plus conseiller aux utilisateurs de données de multiplier leurs sauvegardes chez un deuxième fournisseur d’accès Internet (FAI) ou hébergeur, en espérant que le data center de secours  ne rencontre pas d’incident. Et pourquoi pas un troisième, un quatrième… ? (2)
  • Constater – comme on l’avance –  qu’un incident sur un onduleur peut mettre le feu à tout un data center en dit long sur la fragilité des dispositifs matériels créés par l’homme. Rappelons qu’un onduleur est un dispositif de sécurité qui a pour fonction d’empêcher les conséquences d’un arrêt brutal d’alimentation. Voir un dispositif de sécurité causer un incendie constitue un inquiétant paradoxe.
  • Il ne faut pas que « OVH, le Cloud et l’Internaute » devienne le titre d’une fable de La Fontaine dans laquelle l’usager serait à la merci d’une fatalité qui légitime l’incertitude numérique, illustration du principe qu’on ne saurait être complétement sûr de rien.
  • Nous avons eu le nuage de Tchernobyl que (presque) personne n’a voulu voir. Nous avons aujourd’hui le nuage de l’incendie du data center avec toutes ses fumées toxiques.
  • Le destin de nos données serait-il de partir en fumée ? Il est urgent de sortir du nuage du cloud numérique. Celui-ci est perçu par une majorité d’utilisateurs comme une pure abstraction (une sorte de software insaisissable) alors que c’est d’abord et avant tout, du hardware, c’est-à-dire du matériel physique, des machines mécaniques avec leurs forces et leurs faiblesses.
  • Il ne faudrait pas que, pressé par d’autres actualités, on escamote les nuages. Il faut que nos consciences reterritorialisent ce qui apparaît faussement comme des immatérialités. Le cloud n’est pas ailleurs, il est chez nous, dans nos villes. Et nous devons savoir qu’il est combustible.

RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE

1. https://www.journaldunet.com/web-tech/cloud/1498567-incendie-chez-ovh-l-offre-de-cloud-prive-touche-en-plein-coeur/

2. Une « sauvegarde » qui n’est pas récupérable d’une façon certaine est-elle une sauvegarde ?

  • « L’incident a eu un impact direct sur des milliers de sites d’entreprises, d’associations, de collectivités territoriales et de plateformes gouvernementales. Michel Paulin, directeur général d’OVH Cloud, a estimé chez nos confrères de BFM Business qu’aujourd’hui « entre 12 000 et 15 000 entreprises sont partiellement ou totalement affectées ». Au moment de l’incident, le chiffre de 3,6 millions de sites web a été avancé en se basant sur l’analyse de la société américaine Netcraft. La question pour la majorité des responsables des sites est de pouvoir les relancer et surtout si les sauvegardes sont récupérables. »
    RÉFÉRENCES
    CHEMINAT Jacques, « Incendie OVH Strasbourg : des sites toujours touchés, les dirigeants s’expliquent », Le Monde informatique, 12 mars 2021. https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-incendie-ovh-strasbourg-des-sites-toujours-touches-les-dirigeants-s-expliquent-82266.html
  • « L’hébergeur vient de partager un tableau dans lequel les clients OVH peuvent consulter l’état de leurs données. Certaines sont récupérables, en cours d’investigation, et d’autres sont définitivement perdues ».
    RÉFÉRENCES
    CIMINO Valentin,
    « Incendie du Datacenter OVH : toutes les données ne sont pas récupérables », Siècle Digital, 16 mars 2021. https://siecledigital.fr/2021/03/16/ovh-incendie-donnees/

3. MARQUET Clément, Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune (Seine-Saint-Denis), Doctorat de Sociologie, Telecom Paris Tech, 19 novembre 2018.


LÉGENDE DES ILLUSTRATIONS


La Lettre du lundi de Mieux Aborder l’Avenir
n°448, lundi 15 mars 2021


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est sans publicités. Il est supporté par une structure associative et collaborative indépendante, sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2021/03/16/apres-lincendie-du-centre-de-donnees-data-center-de-strasbourg-ovh-le-cloud-et-linternaute/

Posted in Cloud, Incendie du Data Center de Strasbourg, OVH | Commentaires fermés sur Après l’incendie du Centre de données (Data Center) de Strasbourg. « OVH, le Cloud et l’Internaute »

Les chrétiens en repentance à l’égard de la crise écologique ? Un colloque à l’Institut catholique de Paris

LA LETTRE DU LUNDI DE MIEUX ABORDER L’AVENIR, n°445, lundi 22 février 2021

Est-ce que le modèle chrétien de domination de l’homme sur la nature a servi pendant des siècles d’encouragement et de justification à la dévastation de l’environnement dont nous vivons aujourd’hui les effets ?
La question a été posée très clairement en 1967, il y a un peu plus de cinquante ans, par Lynn WHYTE, professeur d’histoire à l’Université de Californie à Los Angeles dans son article intitulé
« Les Racines historiques de notre crise écologique » (The Historical Roots of our Ecologic Crisis). (1). Il inaugurait un débat à la fois politique, économique, philosophique, idéologique et théologique.
Un des fondements chrétiens se trouve dans la Bible, lorsque « Dieu dit » :
emplissez la Terre et soumettez-la (Genèse, I, 28). « Dominer la Terre, la nature, les animaux » : l’homme et l’économie capitaliste se sont empressés d’honorer – sans limite – cette autorisation, jusqu’à faire disparaître nombre d’espèces animales, polluer durablement terres et océans, et surtout en produisant CO2 et gaz à effet de serre qui auront bien réchauffé le climat pour les générations futures…
Ce n’est qu’aujourd’hui, un peu plus de cinquante ans après, que des  chrétiens – catholiques, protestants, et orthodoxes – se réunissent durant trois jours, les 22, 23 et 24 février 2021, pour un important colloque international organisé par l’Institut catholique de Paris (ICP) sur le thème de « Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ? » (3)
Les
chrétiens responsables ? Les chrétiens en repentance ? Les chrétiens en solidarité durable ? Pour quoi, au juste ? Pour ce qu’ils ont fait, ou pour ce qu’ils n’ont pas fait ? Ou alors pour ce qui leur reste à faire dans le domaine d’une spiritualité inspirant l’engagement et l’action.

Institut Catholique Paris, entrée du 74, rue Vaugirard, Paris 5e. © 16 mars 2019. Photographie de Bernard Mérigot/CAD.

RÉUNION DE FAMILLE EN DISTANCIEL

La présence des différentes familles chrétiennes est assurée par Monseigneur François KALIST, archevêque de Clermont-Ferrand, le pasteur François CLAVAIROLY, président de la Fédération protestante de France, le Métropolite Jean de DOUBNA, chancelier de l’Institut de Théologie orthodoxe Saint Serge, et enfin par Sa Sainteté BARTHOLOMÉE Ier, Primat de l’église de Constantinople.

Les organisateurs du colloque « Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique » ont voulu réunir théologiens, philosophes, anthropologues, sociologues, enseignants-chercheurs, représentants religieux…  pour trois journées de réflexion sur les traditions et les pratiques religieuses confrontées à un double ébranlement :

  • celui de la grave situation écologique (destruction de la nature, réchauffement climatique…),
  • celui de la grave situation sanitaire de la crise Covid-19, qui ébranle le monde depuis maintenant une année.

Plusieurs traditions se croisent :

  • certaines traditions bibliques valorisent « un être humain jardinier », mais parfois compris comme le sommet de la création, qui peut paraître au-dessus d’elle,
  • d’autres traditions chrétiennes modernes se sont fort bien adaptées à l’homme ingénieur de la nature, maître et possesseur à la suite de Descartes.

Trois problèmes se posent au christianisme :

  • ses traditions,
  • ses enseignements, fondés sur l’interprétation des textes fondateurs,
  • ses pratiques d’évangélisation et de transmission de la foi.

Pour y répondre, la réflexion du colloque a proposé trois étapes :

  • un diagnostic de la façon dont les Églises se situent aujourd’hui face à la question écologique,
  • une relecture de l’anthropologie et de la cosmologie historiquement développées par certaines expressions de la foi chrétienne,
  • une exploration des ressources et des modes d’action propres à la foi et à la vie chrétiennes pour affronter les défis actuels.

Il est à noter que « compte tenu de l’incertitude liée à la crise sanitaire », le colloque est conçu « en distanciel », sur inscription individuelle, selon deux modalités :

  • en participant « solitaire »,
  • en participant « en groupe » dans une vingtaine de villes.

Les contraintes de la crise Covid-19 de 2020 ont accéléré la mutation des cours, des enseignements, des rencontres et des débats vers des formes de télés-conférences. Cela ne remplace pas à l’identique les anciennes modalités d’avant-Covid-19, mais en crée de nouvelles, parfois substitutives, souvent plus imaginatives.

« VINGT DEUX ANS, C’EST BEAUCOUP TROP LONG »

La participation de BARTHOLOMÉE Ier est significative. Le Primat de l’Église de Constantinople prend la parole le lundi 22 février 2021 à 14 heures sur le thème de « La crise écologique au regard de la foi chrétienne ». Surnommé par les médias « le patriache vert », il intervient en tant que responsable religieux sur les questions environnementales depuis les années 1990. Le magazine américain Time l’a inscrit sur la liste des « 100 personnes les plus influentes du monde » pour avoir défini l’écologie comme une responsabilité spirituelle.

Né en 1940, BARTHOLOMÉE Ier, est depuis 1991 le chef spirituel suprême du monde chrétien orthodoxe. Déjà, en décembre 2015, célébrant la 22ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de Marrakech, il rappelait que « malheureusement, 197 pays viennent seulement de ratifier une convention adoptée lors du Sommet de la Terre de Rio, en 1992. » Considérant le temps qui s’est écoulé entre 1992 et 2015, il insistait :

« Vingt-deux ans, c’est une période beaucoup trop longue pour répondre à la crise environnementale, notamment lorsque l’on sait qu’elle entretient des liens étroits avec la pauvreté, les migrations et les troubles à l’échelle mondiale.
Quel prix sommes-nous prêts à payer pour le profit ?
Combien de vies sommes-nous prêts à sacrifier pour un gain matériel ou financier ?
Et à quel prix renoncerions-nous à la survie de la création de Dieu ?
Vingt-deux ans plus tard, il est plus que temps pour nous tous de voir les visages des êtres humains qui subissent les conséquences de nos péchés écologiques. »

BARTHOLOMÉE Ier concluait alors : « De plus, comme je l’ai souvent rappelé : “ Nous sommes tous dans le même bateau. ” Les changements climatiques ne concernent pas une nation, une race ou une religion en particulier. Nous ne pouvons répondre aux exigences et à l’ampleur des changements climatiques que lorsque nous assumons ensemble nos responsabilités de croyants et de citoyens. »

CONCLUSION

Ce que l’on nomme couramment dans la société laïque, l’écologie (la nature, le monde végétal et animal, l’air, l’eau et le vent, les saisons…), portent dans la Bible un nom : la Création de Dieu. Pour un chrétien, il est évident que des pêchés ont été commis, et continuent d’être commis à l’encontre de la Création.
Vers quoi les Églises se dirigent-elles ? Quelles repentance pour le passé ? Quelles responsabilités pour le présent ? Quelles solidarités pour l’avenir ?

Quels que soient les débats, et quelles que soient les réponses apportées (mais des débats ont-ils pour fonction d’apporter des réponses ?), on ne peut pas manquer de se pencher avec la même attention sur les mêmes repentances, les mêmes responsabilités et les mêmes solidarités des non-chrétiens, de ceux qui appartiennent à d’autres religions, comme de ceux qui vivent en dehors de toute religion. Parce que le péché collectif contre la nature, comme l’écocide, n’est pas une affaire d’appartenance individuelle à une religion.

Bernard MÉRIGOT


DOCUMENT n°1

RESPONSABILITÉS CHRÉTIENNES DANS LA CRISE ÉCOLOGIQUE.
QUELLES SOLIDARITÉS NOUVELLES ?
2021
Présentation

La crise écologique que le monde traverse aujourd’hui est souvent décrite par un langage de type apocalyptique. Dans certains mouvements, elle est présentée en termes de collapsologie : écroulement de notre système économique et politique, crise sans précédent de la transmission, effondrement culturel et spirituel.

Cette situation écologique, à laquelle s’ajoute la crise sanitaire actuelle, ébranle la tradition chrétienne dans son ensemble. D’une part, certaines traditions bibliques valorisent un être humain jardinier, mais parfois compris comme le sommet de la création, alors il peut paraître au-dessus d’elle.

D’autre part, les traditions chrétiennes modernes se sont fort bien adaptées à l’homme ingénieur de la nature, maître et possesseur à la suite de Descartes.

Le christianisme occidental a pu se développer dans un anthropocentrisme surplombant qui fait de tout ce qui est non-humain un instrument en sa possession. Dans cette situation critique, le christianisme se doit de revisiter ses traditions et ses enseignements, tels qu’ils peuvent être déclinés dans ses interprétations des textes fondateurs, dans son emploi des traditions liturgiques, ou dans ses pratiques d’évangélisation et de transmission de la foi.

Dans la reprise de ces traditions et de ces enseignements, ce colloque s’interrogera sur la capacité du christianisme à changer lui-même, lorsqu’il est interpellé par les défis de la crise écologique.

Le colloque présentera un état des lieux de la réflexion anthropologique et théologique sur la situation écologique actuelle, mais aussi des réponses et stratégies déjà mises en place dans différentes traditions et pratiques chrétiennes. Le colloque réfléchira également à la manière dont le christianisme peut mobiliser ses ressources (textes, liturgies, manières de vivre) pour contribuer à changer le monde.

RESPONSABILITÉS CHRÉTIENNES DANS LA CRISE ÉCOLOGIQUE.
QUELLES SOLIDARITÉS NOUVELLES ?
Programme

Lundi 22 février 2021
La crise écologique et l’avancée des Églises : diagnostic.
Présidence : Monseigneur Kalist, archevêque de Clermont- Ferrand, membre de la CECC

  • Présentation de la problématique du colloque, Anne- Sophie Vivier-Muresan, directrice de l’ISEO
  • La crise écologique au regard de la foi chrétienne, Sa Sainteté Bartholomée 1er
  • ‘‘Adam, où es-tu ?’’ Prêcher l’eschatologie à l’heure de l’Anthropocène », Bruno Latour, professeur émérite de philosophie, Sciences-Po Paris
  • Église et écologie : quand la machine se grippe, Christophe Monnot, maître de conférences en sociologie des protestantismes, Université de Strasbourg / Université de Lausanne.
  • Église verte : des laboratoires de ‘‘maison commune’’, Élena Lasida, professeure de sciences sociales et économiques, FASSE (ICP)

Mardi 23 février 2021
Aux racines du problème écologique : un rôle du christianisme ?
Présidence : Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France

  • La crise écologique et la compréhension de l’homme devant et dans son environnement : imbrication et interaction. Réflexion à partir des propositions de Philippe Descola, Elbatrina Clauteaux, théologienne, anthropologue et philosophe, enseignante émérite, Theologicum.
  • Pistes pour une écothéologie chrétienne, Pierre Bourdon, théologien et physicien, enseignant à l’ISPC.
  • Une solidarité très ancienne !, Catherine Chalier, professeur émérite de philosophie, Université de Paris Ouest (Nanterre). Écothéologie et féminisme: quelques premiers éléments de réflexion, Valérie Nicolet, professeure d’exégèse, doyenne, IPT, faculté de Paris
  • Les évangéliques américains, la science et la pandémie : un regard à travers l’histoire et la réaction des milieux évangéliques français », Neal Blough, professeur de théologie, faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine.
  • Deux réactions : Dominique Greiner, théologien moraliste, enseignant au Theologicum, Julija Naett-Vidovic, professeure de théologie morale, ITO Saint-Serge

Mercredi 24 février 2021
Affronter la crise : ressources de la foi chrétienne Présidence : Métropolite Jean de Doubna, chancelier de l’ITO

  • Écologie avant la lettre: l’enracinement patristique, Michel Stavrou, professeur de théologie dogmatique, ITO Saint-Serge
  • La crise écologique comme crise spirituelle, Patrice Rolin, animateur théologique de L’atelier protestant (EPUF)
  • Une lecture africaine de la responsabilité chrétienne face au défi écologique, Edouard Adé, théologien et sociologue, professeur à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest.
  • La bonne nouvelle de la création, aux fondement de l’écologie intégrale, Fabien Revol, théologien et philosophe, professeur à l’UCLY, titulaire de la chaire Jean Bastaire
  • Moi, nous, vous : pistes concrètes pour un chemin de cohérence intégral, Martin Kopp, chercheur associé à l’UR 4378 en théologie protestante, Université de Strasbourg.
  • Création-eschatologie : les impensés de la catéchèse ?, Isabelle Morel, professeure de théologie catéchétique, ISPC
  • Conclusions, Anne-Laure Danet, responsable du Service des relations avec les Eglises chrétiennes de la FPF, Anne-Marie Reijnen, théologienne, enseignante au Theologicum – Joël Molinario, professeur de théologie, directeur de l’ISPC

RÉFÉRENCES DU DOCUMENT
« Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?, Xe colloque international organisé par l’Institut supérieur de pastorale catéchétique (ISPC), l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISEO), l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge, l’Institut protestant de théologie, le réseau Église Verte, 22-23-24 février 2021, colloque à distance sur https://www.icp.fr/a-propos-de-licp/agenda/responsabilites-chretiennes-dans-la-crise-ecologique-quelles-solidarites-nouvelles-colloque


DOCUMENT n°2

ENGAGEMENT
EN FAVEUR DE L’ENVIRONNEMENT
Extrait de l’intervention du patriarche Bartholomée Ier,
Primat de l’Église orthodoxe de Constantinople
12 avril 2011

« 32 Ces dernières décennies, l’évolution de notre monde est marquée par ce qu’il faut bien appeler un désastre écologique ; le dernier événement majeur est la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, qui faisait suite à un violent séisme. De façon générale, les spécialistes de l’environnement sont unanimes à souligner que le changement climatique qu’ils observent au plan mondial et qui s’explique largement par les rejets de gaz de l’activité humaine, peut perturber et détruire l’écosystème. Or, celui-ci soutient non seulement l’espèce humaine, mais l’ensemble du monde des animaux et des plantes qui sont interdépendants. Ce sont les choix et les actes de l’homme moderne qui ont conduit à cette situation tragique, et qui représentent en soi un problème spirituel et moral. L’apôtre Paul, divinement inspiré, avait décrit dix-neuf siècles plus tôt ce problème dans son épître aux Romains, soulignant sa dimension ontologique :

33 « La création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise… Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création toute entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. »
(Rm 8, 20.22)

34 Petit à petit grandit une prise de conscience de l’humanité qui comprend que l’usage irrationnel des ressources naturelles et la consommation incontrôlée de l’énergie contribuent aux changements climatiques, avec des conséquences sur la survie future de l’humanité créée à l’image de Dieu. Malgré tout, le tableau que nous offre la planète est inquiétant, et nous frappe par son cortège d’injustices. Ainsi, les hommes les plus pauvres et les plus vulnérables sont touchés par les problèmes écologiques qu’ils n’ont pas créés. De l’Australie au Cap Horn et en Afrique, nous voyons des régions en proie à des sécheresses prolongées qui causent la désertification de zones naguère fertiles, où les populations locales souffrent de la faim et de la soif. De l’Amérique latine au cœur de l’Eurasie, nous recevons des informations sur la fonte des glaciers, desquels des millions de personnes dépendent pour l’approvisionnement en eau.

35 Le Patriarcat œcuménique, suivant les traces de notre prédécesseur feu le patriarche Dimitrios, travaille à sensibiliser non seulement l’opinion publique, mais aussi les dirigeants du monde en organisant des colloques qui traitent des changements climatiques et de la gestion de l’eau. Le but de notre démarche est d’explorer l’interdépendance des écosystèmes du monde et d’étudier la manière dont se manifestent les phénomènes de réchauffement de la planète et de ses effets sur l’homme. Grâce à ces rencontres scientifiques, auxquelles ont participé des représentants de diverses Églises chrétiennes et religions du monde, ainsi que des diverses disciplines universitaires, le Patriarcat œcuménique s’efforce d’établir un climat de stabilité et de collaboration innovante entre le monde religieux et la science, en se fondant sur le principe fondamental selon lequel – pour atteindre l’objectif et préserver l’environnement naturel – les deux parties doivent coopérer dans le respect mutuel.

36 Cette collaboration entre science et religion vise à contribuer au développement d’une éthique de l’environnement : celle-ci a pour but, selon nous, de montrer que l’utilisation du monde et la jouissance des biens matériels doivent être eucharistiques, s’accompagner d’une louange consciente au Créateur. Inversement, un mauvais usage de l’environnement et la participation sans référence à Dieu à cet environnement constituent un péché non seulement devant le Créateur mais aussi devant la création.

37 Ce véritable péché à l’égard de l’environnement s’enracine dans notre égoïsme et dans les valeurs fausses que nous avons reçues et acceptons sans aucun sens critique. Nous avons besoin de repenser à nouveaux frais notre relation avec le monde et avec Dieu. Sans cette metanoia, sans ce radical « retournement du cœur », toutes nos mesures de conservation, quelles que soient les bonnes intentions, se révéleront inefficaces, car nous nous pencherons seulement sur les symptômes et non sur les causes de la situation.

38 Nous sommes invités à assumer ce que l’hymnographie pascale appelle « une autre façon de vivre ». Car nous avons un comportement arrogant et méprisant envers la création naturelle. Nous refusons de voir la Parole de Dieu dans les océans de notre planète, dans les arbres de nos continents, et dans les animaux qui peuplent la terre. Nous renions notre propre nature qui nous appelle à discerner la présence de la Parole de Dieu dans la création, si nous voulons devenir « participants de la nature divine » (2 P 1, 4). Comment pouvons-nous ignorer la portée cosmique de ce que la Parole divine a pris chair ? Pourquoi ne percevons-nous pas la nature créée comme l’extension même du corps du Christ ?

39 Les théologiens orientaux ont toujours souligné, à juste titre, les dimensions cosmiques de l’incarnation divine. Saint Maxime le Confesseur insiste sur la présence de la Parole de Dieu en toute chose (voir Col 3, 11) ; le Logos divin demeure au centre du monde, révélant mystérieusement son principe premier et son but ultime (voir 1 P 1, 20). C’est pourquoi le dimanche de Pâques, quand la célébration pascale atteint son point culminant, les chrétiens orthodoxes chantent : « Maintenant tout est rempli de lumière divine : le ciel et la terre, et toutes les choses sous la terre. Que la création tout entière se réjouisse ! » Lorsque l’Église ne reconnaît pas les dimensions proprement cosmiques de la Parole de Dieu, en s’en tenant à des questions purement « spirituelles » sans lien avec la réalité du monde, alors elle néglige sa mission qui consiste à implorer Dieu de transformer tout le cosmos pollué.

40 Chacun d’entre nous est appelé à retrouver un regard spirituel sur la création, dans le sens de ce que la tradition ascétique du christianisme oriental appelle la « contemplation de la nature ». Cet ethos philocalique, soucieux de discerner la beauté des œuvres de Dieu, devrait devenir le bien commun de tous les chrétiens. Ce souci est d’ailleurs exprimé chez beaucoup d’artistes. Nous pensons à ce vers de Paul Claudel, dans son poème L’Oiseau noir dans le soleil levant :

« Il n’y a qu’une âme purifiée qui comprendra l’odeur de la rose. »

Célébrer chaque chose dans son évidence et son secret : telle est notre responsabilité en tant que chrétiens, et c’est le sens de cet engagement que nous développons dans notre ouvrage.

41 Mesdames et Messieurs,

42 Malgré notre préoccupation, nous sommes optimistes et confiants dans les trésors de bonté que recèle l’être humain créé à l’image de Dieu pour lui ressembler (Gn 1, 26). Comme nous l’avions exprimé à Venise en 2002 avec le regretté pape Jean-Paul II :

43 « Il n’est pas trop tard. Le monde créé par Dieu possède d’incroyables pouvoirs de guérison. En une seule génération, nous pourrions guider la terre vers l’avenir de nos enfants. Faisons en sorte que cette génération commence maintenant, avec l’aide et la bénédiction de Dieu ! »

44 Mais il convient d’agir vraiment, à tous les niveaux : des Églises, des diocèses, des paroisses, des associations et des personnes, si nous avons un amour responsable pour nos enfants et pour les générations à venir. « Aimer c’est agir », comme le notait dans son journal le poète Victor Hugo, l’avant-veille de sa mort. Finalement, nous prenons conscience que notre attitude face à l’autre, face au prochain et face à l’environnement, est globalement tributaire d’une attitude de respect authentique devant la création divine, et découle de la manière dont nous vivons réellement ou non notre foi en Jésus-Christ, alpha et oméga de toutes choses. »

RÉFÉRENCES DU DOCUMENT
BARTHOLOMÉE Ier,
« De « la divine “ignorance” » à la sauvegarde de la planète. Allocution de Sa Sainteté Bartholomée Ier, patriarche œcuménique de Constantinople. Conférence de presse donnée au Éditions du Cerf (Paris, le 12 avril 2011) », Revue d’éthique et de théologie morale, 2011/2 (n°264), p. 89-97. DOI : 10.3917/retm.264.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-d-ethique-et-de-theologie-morale-2011-2-page-89.htm


RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE

1.WHITE Lynn Townsend, « The Historical Roots of our Ecologic Crisis », Science, 10 mars 1967, vol. 155, no. 3767, p. 1203-1207 ; published by the American Association for the Advancement of Science.
Reprinted in A.E. Lugo & S.C. Snedaker (Eds.), Readings on Ecological Systems: Their Function and Relation to Man. New York: MSS Educational Publishing, 1971.

  • Voir aussi :
    The Historical Roots of Our Ecologic Crisis
    , chap. 5 in Machina ex Deo : Essays in the Dynamism of Western Culture, Cambridge, Mass., and London, England, The MIT Press, 1968, p. 75-94;
  • Les Racines historiques de notre crise écologique. Traduction, notes et dossier bibliographiques par Jacques Grinevald. Genève, I.U.E.D., 1984. Réédition revue dans Crise écologique, crise des valeurs? Défis pour l’anthropologie et la spiritualité, Labor et Fides, 2010.

Sur cette question, on peut se reporter aux travaux de Jean BASTAIRE (1927-2013), philosophe, précurseur d’une écologie chrétienne.
On sait que le point de vue de l’historien américain Lynn Townsend WHITE a été discuté, notamment par Fabien REVOL (né en 1978), théologien catholique pour qui il convient de distinguer « maîtrise » et « domination ». Pour lui, « L’homme est appelé à tenir dans le monde la place de Dieu. Le Nouveau Testament montre que cela signifie le servir, appliquant le principe que les premiers seront les derniers. Le chrétien y trouve une vocation écologique ».

Voir aussi, notamment :
LE PRIOL Mélinée, « Église et écologie, histoire d’une prise de conscience », La Croix, 16 février 2017.
CHAMBRAUD Cécile, « « Pour l’Eglise, un demi-siècle d’apprentissage de l’écologie », Le Monde, 16 juin 2015.

2.  Genèse I, 28.
La Sainte Bible, Éditions du Cerf, 1956. Traduction de l’école biblique de Jérusalem.
La Bible, Société biblique de Genève, 2007. Traduction de Louis SEGOND.

3. INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS, « Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?, Xe colloque international organisé par l’Institut supérieur de pastorale catéchétique (ISPC), l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISEO), l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge, l’Institut protestant de théologie, le réseau Église Verte, 22-23-24 février 2021, colloque à distance sur https://www.icp.fr/a-propos-de-licp/agenda/responsabilites-chretiennes-dans-la-crise-ecologique-quelles-solidarites-nouvelles-colloque

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Institut Catholique Paris, entrée du 74, Rue Vaugirard, Paris 5e. © 16 mars 2019. Photographie de Bernard Mérigot/CAD.

La Lettre du lundi de Mieux Aborder l’Avenir
n°445, lundi 22 février 2021


Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un media numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est supporté par une structure associative et collaborative, indépendante, sans publicités et sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2021/02/22/les-chretiens-en-repentance-a-legard-de-la-crise-ecologique-un-colloque-a-linstitut-catholique-de-paris/

1

Posted in Crise écologique, Institut Catholique de Paris (ICP), Responsabilités chrétiennes | Commentaires fermés sur Les chrétiens en repentance à l’égard de la crise écologique ? Un colloque à l’Institut catholique de Paris

Le releveur ENEDIS et l’abonné EDF : une scène de théâtre de l’absurde

L’installation d’un compteur d’électricité Linky ne constitue en aucun cas une obligation. Les anciens compteurs des abonnés au service public de distribution d’électricité sont toujours conformes et fonctionnent très bien. Les relevés périodiques des index de consommation ne posent la plupart du temps aucun problème. Celui-ci peut être effectué par Internet comme ENEDIS le propose sur le site http://espace-client.enedis.fr/le-releve-de-mon-compteur. Mais cela ne marche pas toujours, puisqu’il arrive qu’un releveur se présente pour faire un relevé qui a déjà été fait, et en accusant en plus l’abonné d’un « refus d’accès » parfaitement imaginaire, interprétant à cette occasion une scène de théâtre de l’absurde.

Compteur électrique EDF ACTARIS A14C5

LE CONTEXTE DE LA SCÈNE DE THÉÂTRE

  • 1ère séquence : L’abonné reçoit un courrier postal en date du 19 janvier 2021 l’informant que le relevé de son compteur sera effectué le 29 janvier 2021 entre 08h00 et 12h00. Il est mentionné sur le courrier : « En cas d’absence, pour nous communiquer le relevé de votre compteur, nous vous proposons  (…) de vous connecter au site https://espace-client.enedis.fr/le-releve-de-mon-compteur
  • 2e séquence. L’abonné suit cette procédure et procède à l’envoi de son index à ENEDIS le 29 janvier 2021.
  • 3e séquence : ENEDIS adresse un mail à l’abonné pour accuser réception de la bonne réception de l’index.

 « Bonjour.
Vous avez effectué le relevé en ligne de votre compteur sur le site enedis.fr et nous vous en remercions.
Vous trouverez ci-joint le détail du/des relevés(s) du compteur que vous avez déclaré(s) le 2021/01/29 pour le point de livraison Electricité (PRM ou PDL) (…). Index (…) ».
A bientôt sur notre site
Le service clients d’ENEDIS ».

  • 4e séquence : Malgré cela, le 2 février 2021, un releveur ENEDIS se présente au domicile de l’abonné.

TEXTE DE LA PIÈCE DE THÉÂTRE
Le releveur ENEDIS et l’abonné EDF
Premier acte

La scène a lieu pendant le confinement Covid. (Le releveur est dans la rue. L’abonné lui parle depuis sa fenêtre)

–        Le releveur ENEDIS
Ding. Dong. Je viens pour faire le relevé du compteur.
–        L’abonné EDF
C’est inutile. L’index a été envoyé la semaine dernière à ENEDIS par Internet.
–        Le releveur ENEDIS
(Il regarde son téléphone portable). Le relevé est vide.
–        L’abonné EDF
Ce n’est pas possible. ENEDIS m’a adressé un mail accusant la bonne réception du relevé qui lui a été envoyé. Maintenant, si vous insistez, je peux vous communiquer cet index une seconde fois.
–        Le releveur ENEDIS
C’est un refus d’accès
–       
L’abonné EDF
Votre allégation est mensongère. Je vais envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception au Service Client d’EDF à qui je paye l’électricité.

Le releveur ENEDIS tourne les talons. Il remonte dans son véhicule automobile, garé sur le trottoir, en infraction avec les règles du Code de la route.
L’abonné EDF referme sa fenêtre. Il se dirige vers son ordinateur et commence à écrire sa lettre.

Maquette de scène de théâtre présentée dans le cadre de « Théâtre en utopie », Exposition réalisée par Yann ROCHER (Commissaire) et Xavier DOUSSON (Scénographe), 11 octobre 2014/4 janvier 2015, Le lieu unique, Nantes.  Sur cette exposition, voir Le lieu unique, Programme 2014-2015, p. 67-68. © Photographie Bernard Mérigot.

CONCLUSION.
Les scènes de la vie sont des  fictions visibles qui prennent place sur une autre scène, celle d’une réalité masquée. Elle se donne en représentation en de multiples lieux de spectacle. Mêmes imaginaires, ces théâtres existent comme l’écrit Yann ROCHER pour « fabriquer un récit à part entière ». (1)
Depuis les grandes dérégulations européennes, l’abonné ne reconnait plus les acteurs du service public de l’électricité. Ceux-ci échangent leurs rôles :  fournisseur d’énergie, gestionnaire de réseau, distributeur. Et ce n’est pas fini. D’autres abandons de souveraineté et d’indépendance nationale se profilent en la présente année 2021 dans le cadre du projet gouvernemental Hercule (« Hercule » : choisir un nom pareil, cela ne s’invente pas !). On lira le document ci-dessous :  la pièce n’est pas encore jouée. Il faut sans doute attendre la fin du confinement Covid et la réouverture des théâtres.

RÉFÉRENCES
1. ROCHER Yann, « Théâtres en utopie », Le lieu unique, Programme 2014-2015, Nantes, 2014, p. 67-68.


DOCUMENT


L’ÉLECTRICITÉ EN FRANCE EN 2021
Production, Transport, Distribution, Régulation, Fourniture

Dans une étude juridique, deux avocates Marie-Hélène PACHEN-LEFEVRE et Marianne HAUTON livrent l’analyse suivante.

« Au préalable, on rappellera qu’actuellement les quatre activités composant le secteur électrique sont organisées de la manière suivante :
  • La production d’électricité est une activité ouverte à la concurrence même si la production d’électricité nucléaire fait l’objet d’un régime juridique spécifique, accordant une place centrale à EDF et à l’État.
    Au sein du groupe EDF, c’est EDF maison-mère, elle-même, qui gère l’activité de production nucléaire ; le groupe EDF détient en outre une filiale de production d’énergie renouvelable (EDF Électricité Nouvelle, EDF EN).
  • Le transport et la distribution d’électricité sont des activités qui ne relèvent pas de secteurs concurrentiels puisqu’elles sont exercées dans le cadre de droits exclusifs, de monopoles légaux, respectivement par RTE et Enedis. Si les deux entités sont toutes deux des filiales d’EDF, cette dernière ne détient que 50,1% du capital de RTE à ce jour, tandis qu’Enedis est, pour sa part, une filiale à 100% d’EDF.
  • Ces activités font en outre l’objet d’une régulation nationale, en particulier sur les sujets tarifaires, exercée par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), outre le contrôle de l’activité de desserte par les autorités organisatrices de la distribution d’électricité (AODE), autorités concédantes des contrats de concession de service public qui les lient à la société Enedis.
  • L’activité de fourniture est également ouverte à la concurrence[2]. Au sein du groupe EDF, c’est là encore EDF elle-même qui gère cette activité. Mais cette activité cohabite avec une branche d’activité commerciale, confiée en monopole à la maison-mère EDF elle-même, s’agissant de la fourniture d’électricité aux tarifs réglementés de vente (TRV), activité également régulée par la CRE et contrôlée par les mêmes AODE.

Elles concluent :

Initié par le Gouvernement d’Édouard Philippe qui a demandé au groupe EDF de réfléchir à sa propre réorganisation, le projet baptisé « Hercule » devrait aboutir dans les prochains mois à un remaniement profond des différentes composantes du secteur électrique français que sont les activités de production, de transport, de distribution et de fourniture d’électricité exercées par le groupe EDF.
Le groupe EDF, détenu à 83,7% par l’État, acteur historique de l’électricité en France, quoique son statut juridique et sa forme ont évolué depuis la nationalisation de l’électricité en 1946, sous le coup du droit de l’Union européenne notamment, demeure à ce jour un acteur central de ces quatre activités.
La présentation officielle du projet Hercule, qui devait initialement être effectuée en fin d’année 2019, a été repoussée à plusieurs reprises, en raison notamment de la prolongation des discussions entre l’État français et les instances européennes.
Si le schéma précis de cette réorganisation demeure, pour l’heure, incertain faute pour l’Etat et EDF d’avoir communiqué clairement sur les options à l’étude, plusieurs pistes semblent se dessiner.
Et, au vu des informations publiées à ce stade dans la presse, l’articulation de ce projet avec le cadre juridique actuel ne peut que générer des interrogations.
RÉFÉRENCES
PACHEN-LEFEVRE Marie-Hélène et HAUTON Marianne, «Réorganisation du groupe EDF : quelles sont les implications juridiques du projet Hercule ? ». http://www.seban-associes.avocat.fr/reorganisation-du-groupe-edf-quelles-sont-les-implications-juridiques-du-projet-hercule/?id=103003

LÉGENDE DES ILLUSTRATIONS

  • Maquette de scène de théâtre présentée dans le cadre de « Théâtre en utopie », Exposition réalisée par Yann ROCHER (Commissaire) et Xavier DOUSSON (Scénographe), 11 octobre 2014/4 janvier 2015, Le lieu unique, Nantes.
    Voir Le lieu unique, Programme 2014-2015, p. 67-68. © Photographie Bernard Mérigot.

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un média numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est supporté par une structure associative et collaborative, indépendante, sans publicités et sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2021/02/04/le-releveur-enedis-et-labonne-edf-une-scene-de-theatre-de-labsurde/

Posted in Électricité de France (EDF), ENEDIS, Linky, Projet Hercule / Électricité | Commentaires fermés sur Le releveur ENEDIS et l’abonné EDF : une scène de théâtre de l’absurde

Voeux pour 2021 de Bernard Mérigot. Le message du rossignol (Frédéric Mistral, Gilles Deleuze, Albert Camus). Anthropologie des voeux de bonne année

« Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves, mais il garde sa chanson » écrit Frédéric MISTRAL (1830-1914) dans son poème Mireille (Miréo). C’est une façon de réfléchir ensemble aux traditionnels voeux de nouvelle année : une année s’achève, une autre s’engage. Qu’est-ce qui se répète ? Qu’est-ce qui diffère ? Cette question a été traitée par Gilles DELEUZE (1925-1995) dans son livre Différence et répétition (1968) dans lequel il note que le concept de différence libre ne se laisse subordonner ni à l’identité, ni à la similitude,  pas plus que le concept de répétition complexe ne se laisse réduire à une répétition matérielle et mécanique. (1) A quoi doit-on prêter le plus l’attention ? Aux plumes neuves qui changent tous les ans ? Ou bien à la chanson qui est la même tous les ans ?

« Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves mais il garde sa chanson». Frédéric MISTRAL (1830-1914). Citation peinte sur un mur, face au musée des Arts et Traditions populaires de Draguignan (Var), 21 août 2020. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.

LA NOUVELLE ANNÉE RÉPÈTE-T-ELLE LA PRÉCÉDENTE ?

« Répéter, c’est se comporter (…) par rapport à quelque chose d’unique ou de singulier qui n’a pas de semblable ou d’équivalent. Une chose qui fait écho à « une vibration plus secrète, à une répétition intérieure et plus profonde dans le singulier qui l’anime ». (2) Il faut faire la part entre la répétition collective subie et la différence individuelle assumée. Dans quelle mesure peut-on, dans le cadre d’un acte qui se répète, manifester une différence ? Comment apprécier une oeuvre différente par rapport aux autres et différente par rapport à soi-même, c’est-à-dire qui soit à la fois identique et différente une année par rapport à une autre ?

LES MOTS DES VOEUX

Quelle est la parenté des voeux individuels ? Parce qu’adresser des voeux individuels, c’est pénétrer dans le cercle d’intimité d’une personne. Comme celle des voeux institutionnels, effectués par ceux qui en sont responsables, c’est-à-dire par ceux qui détiennent une autorité, une légitimité ainsi que les moyens financiers qui vont avec, ceux qui occupent la place particulière leur permettant de parler « au nom de… » (administrations, institutions publiques, collectivités territoriales) et qui, au fil des ans, ont dépensé à cette fin, des sommes considérables d’argent public (cartes imprimées luxueuses, envois postaux en nombre, frais de réception souvent somptuaires pour les « cérémonies » de voeux dont certaines – en des temps anciens d’avant Covid 2020, désormais révolus pour une durée incertaine –  constituaient de véritables spectacles avec orchestres, chanteurs, buffets salés et sucrés, boissons…). En ce mois de janvier 2021, la Covid apparue en 2020 a mis un terme à ces rituels et à ces rencontres conviviales qui en constituent la justification sociale, politique et financière.

Quel est le contenu des voeux de nouvelle année qui sont habituellement formulés et échangés ? Qu’il s’agisse de voeux traditionnels écrits sur des cartes, envoyés par courrier postal, téléphonés, écrits sur un téléphone, une tablette ou un ordinateur pour être mis en ligne (Facebook, Twitter, WhatsApp ou tout autre réseau social…). Quels mots ? Quelles idées ? Quelles citations ? Quels auteurs ? Quelles photos ? Quels dessins ?

Les voeux présentent le paradoxe d’être à la fois universels et localisés. Ils sont une illustration ici et maintenant d’un ailleurs et toujours. Ils ont recours très souvent à des citations dont la référence est souvent imprécise (Qui ? Quoi ? Où ?), se servant d’un auteur pour dire en usant de l’autorité d’un autre, d’une façon qui se veut originale en mobilisant « la vulgate de l’impensé », c’est-à-dire tout ce qui circule confusément (d’une façon non référencée) au quotidien et se rattachant à aucun acte de pensée en demeurant allusif, non parvenu à son terme constitué par le fait de penser, et de se penser, par rapport à une historicité évolutive.

BIEN PUBLIC ET BONHEUR INDIVIDUEL

« Le bien public est fait du bonheur de chacun. Avec ces mots d’Albert Camus, la municipalité vous adresse ses meilleurs voeux pour 2021 ». Jean-Marc DEFRÉMONT, Maire de Savigny-sur-Orge ». Carte-dépliant format fermé 10 x 21 cm, p. 2 (Le format ouvert est de 10 x 42 cm). Les deux parties gauche et droite format 10,5 x 10 cm s’ouvrent pour laisser apparaître le texte « Bienvenue en 2011 ». Collection particulière.

La phrase d’Albert CAMUS « Le bien public est fait du bonheur de chacun » est utilisée par le maire de Savigny-sur-Orge pour la carte de vœux pour l’année 2021 qu’il adresse aux habitants de la commune. Quelle est la nature du lien entre le bien et le bonheur ? Comment passe-t-on du collectif à l’individuel, du public au privé ? La réponse se décline en une série d’oppositions : bien/mal, bonheur/malheur, bien public/mal public, bonheur individuel/malheur individuel, bonheur des uns/bonheur des autres. L’un conditionne l’autre, l’un dépend de l’autre.

Puisque nous y sommes invité, poursuivons avec Albert CAMUS et avec sa pensée inspirante (en attendant qu’elle devienne « aspirante ») en cette ère de covidocène dans laquelle nous sommes entrés depuis mars 2020.

« Ne pas céder à la haine, ne rien concéder à la violence […]. Il s’agit au contraire et pour nous de ne jamais laisser la critique rejoindre l’insulte, il s’agit d’admettre que notre contradicteur puisse avoir raison et qu’en tout cas ses raisons, même mauvaises, puissent être désintéressées. »

CAMUS Albert, Essais, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade », 1965, pp. 314-315.

Dire que tout contradicteur peut avoir raison sur celui à qui il apporte une contradiction rappelle un principe magnifique qui ne peut que réjouir ceux qui espèrent en la démocratie.

LES PENSÉES MEURTRIÈRES

Est-ce que citer, c’est penser ? On a envie de répondre « ça peux », mais « c’est pas sûr ». Pas toujours, en tout cas. Des fois. C’est comme un indice, une tentative de dire quelque chose avec autre chose. Une pensée qui n’est pas extérieure, mais qui est en nous, à côté de laquelle nous cheminons ente l’explicité et l’implicité, la simplicité et la complexité aussi, entre mensonges et soupçons, entre vérités et célébrations. Toute pensée qu’elle soit sagesse ou folie, est action sur le monde.

« Nous tuons des millions d’hommes chaque fois que nous consentons à penser certaines pensées. On ne pense pas mal parce qu’on est un meurtrier. On est un meurtrier parce qu’on pense mal. »

Il est évident que les réseaux sociaux numériques du XXIe siècle sont à la fois une attirance à laquelle peu d’hommes et de femmes libres (au sens de l’humanisme développé par Albert CAMUS) résistent pour émettre et diffuser des pensées meurtrières. On ne peut pas dire qu’Albert CAMUS ait anticipé un phénomène à venir, mais il a constaté l’existence d’un phénomène profond.

SOLIDARITÉ, RÉSISTANCE, INVENTIVITÉ

L’actualité de l’année 2021 est marquée par nombre de préoccupations, comme par exemple cette autre trilogie Solidarité, Résistance, Inventivité qui sert de titre à l’éditorial du numéro spécial de Libération des 24-25-26-27 décembre 2021. (3)

  • Foi (Mon Dieu, faites que moi et mes proches passent à côté de la Covid),
  • Espérance (Cette pandémie va bien s’arrêter un jour),
  • Charité (Je pense aux personnels soignants, aux étudiants, aux personnes des EHPAD, aux restaurateurs, aux artistes, aux personnes vulnérables en télétravail ou pas…),
  • Solidarité (Je n’oublie pas ceux qui sont plus malheureux que moi, j’essaie de les aider),
  • Résistance (Nous n’allons pas nous laisser faire),
  • Inventivité (Il y a bien un truc pour s’en sortir).

FOI, ESPÉRANCE, CHARITÉ

Quel est le champ des mots et des idées qui peuvent être utilisés pour formuler des vœux ? Il n’est pas illimité. On retrouve fréquemment ce que la religion catholique désigne sous le nom de « vertus théologales » que sont la Foi, l’Espérance et la Charité : la Foi (la « fides » en latin, la disposition à croire aux vérités révélées), l’Espérance (« spes » en latin, la disposition à espérer la béatitude), la Charité (« caritas » en latin, l’amour de Dieu, de soi-même et son prochain). Elles constituent avec leurs déclinaisons laïques un réservoir pour formuler des vœux.

« La Foi, l’Espérance et la Charité ». Projet d’une peinture en émail sur lave par Achille DEVÉRIA (1800-1857). Extrait de « De l’application des émaux à la décoration des monuments », Magasin Pittoresque, 1841, p. 317. Coll. CAD.

Il y a les voeux-devises. On aurait tort de considérer comme dépassée cette belle trilogie – Foi, Espérance, Charité – illustrée ici en 1841, il y a bientôt deux siècles. La figuration romantique est certes chargée et la représentation un peu convenue, mais le message ne saurait être considéré comme dépassé ou obsolète à l’égard d’autres devises, souvent triples, formulées en guise de voeux de nouvelle année. Étrange transfert technique qui fait ici qu’un émail sur lave est représenté par une gravure sur bois, en seul procédé d’illustration existant en pour imprimer les illustrations du Magasin pittoresque.

Après tout, nous sommes tous des descendants des survivants des grandes pandémies passées (peste, choléra, « grippe » espagnole et autres). L’idée d’une revanche du pangolin, malgré son approximation, est peut-être une réincarnation de la volonté divine qui s’impose aux hommes, une façon de dire que c’est la nature et la Création qui commandent : la nature se venge. Il est plus facile d’affirmer qu’un virus ne pense pas. Il est plus difficile de penser un virus.

CONCLUSIONS

  • Les voeux de nouvelle année sont un exercice paradoxal. Tout mouvement qui vise à les territorialiser rencontre un mouvement inverse de déterritorialisation.  « En politique, ce dont nous avons besoin, c’est d’hommes et de femmes de terrain ». Combien de fois entendons-nous cette phrase qui fait du terrain, de sa pratique et de l’expérience qu’il permet d’acquérir, une vertu cardinale, un critère de partage entre une bonne compétence et une mauvaise incompétence.
  • L’anthropologie sociale, comme les autres disciplines des sciences humaines et sociales qui emploient des méthodes d’enquête semblables, enseignent deux choses essentielles sur la place que tout homme et toute femme occupe : premièrement, ils sont à la fois acteur et témoin du monde ; deuxièmement, leurs présences et leurs interventions modifient le champ social.
  • L’intérêt des crises (la Covid est une crise) est de révéler ce qui demeure latent en période de non-crise. Est-ce le politique qui agit sur le citoyen, ou bien le citoyen qui agit sur le politique ? Qui subit l’autre ? Et qui est en position d’anticiper sur l’autre ?

Bernard MÉRIGOT

« Après 2020 et les temps difficiles… », Carte de voeux du maire de Savigny-sur-Orge (Essonne). Lycée Jean-Baptiste Corot. Carte-dépliant format fermé 10 x 21 cm, p. 1 (Le format ouvert est de 10 x 42 cm). Les deux parties gauche et droite format 10,5 x 10 cm s’ouvrent pour laisser apparaître le texte « Bienvenue en 2011 ». Collection particulière.La pendule indique 17 heures 8 minutes).


RÉFÉRENCES

1. DELEUZE Gilles, Différence et répétition, Presses universitaires de France, 1968, 409 p.

2. DELEUZE Gilles,  p.7.

3. Libération, 24-25-26-27 décembre 2020.

4. CHARTON Édouard (Publié sous la direction de), Le Magasin pittoresque, 1841, Neuvième année, Paris,  p. 316. Projet d’une peinture en émail sur lave par Achille DEVÉRIA (1800-1857). Extrait de « De l’application des émaux à la décoration des monuments », Magasin Pittoresque, 1841, p. 317.
« Cet article et celui de l’histoire des émaux de limoges sont extraits d’un essai de notre collaborateur M. DUSSIEUX sur l’Histoire de la peinture sur émail, essai qui vient d’obtenir une mention honorable à l’Institut, et qui doit être prochainement publié. » (p. 316)


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • « Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves mais il garde sa chanson». Frédéric MISTRAL (1830-1914). Citation peinte sur un mur, face au musée des Arts et Traditions populaires de Draguignan (Var), 21 août 2020. © Photographie Bernard Mérigot/CAD.
  • « Le bien public est fait du bonheur de chacun. Avec ces mots d’Albert Camus, la municipalité vous adresse ses meilleurs voeux pour 2021 ». Jean-Marc DEFRÉMONT, Maire de Savigny-sur-Orge ». Carte-dépliant format fermé 10 x 21 cm, p. 2 (Le format ouvert est de 10 x 42 cm). Les deux parties gauche et droite format 10,5 x 10 cm s’ouvrent pour laisser apparaître le texte « Bienvenue en 2011 ». Collection particulière.
  • « La Foi, l’Espérance et la Charité ». Projet d’une peinture en émail sur lave par Achile DEVÉRIA (1800-1857). Extrait de « De l’application des émaux à la décoration des monuments », Magasin Pittoresque, 1841, p. 317. Coll. CAD.
  • « Après 2020 et les temps difficiles… », Carte de voeux du maire de Savigny-sur-Orge (Essonne). Lycée Jean-Baptiste Corot (La pendule indique 17 heures 8 minutes). Carte-dépliant format fermé 10 x 21 cm, p. 1 (Le format ouvert est de 10 x 42 cm). Les deux parties gauche et droite format 10,5 x 10 cm s’ouvrent pour laisser apparaître le texte « Bienvenue en 2011 ». Collection particulière. La pendule indique 17 heures 8 minutes. Collection particulière.

VOEUX DE NOUVELLE ANNÉE/1er JANVIER EN LIGNE SUR  http://savigny-avenir.info

DÉCENNIE 2020-2029

2021. Le message du rossignol (Frédéric Mistral, Gilles Deleuze, Albert Camus. Anthropologie des voeux de bonne année.
2020. La généralisation de l’éthique de la sollicitude, c’est pour cette année ? (Fredrich Nietzsche)

DÉCENNIE 2010-2019

2019.  « L’anthropologie politique doit avoir sa place dans l’espace public » (Friedrich Nietzsche)
2018.  « Contre la fin du monde »  (Paul Valéry et Jean-Claude Schmitt).
2017. « Qui s’y frotte, s’y pique » (Ne toquès mi, je poins)
2016. « L ‘événement n’est pas ce qu’on peut voir, mais ce qu’il devient ».
2015. « Paix, solidarités et espérances durables ».
2014. « Les nouvelles exigences du bonheur citoyen » (John Dewey)
2013. « La démocratie, c’est partout, et tout le temps » (Pierre Mendès-France)
2012. « Que nos pratiques correspondent à nos idéaux »
2011. « En finir avec l’exploitation des peurs et des humiliations »
2010. « Regarder l’année passée aussi bien que celle à venir »

Territoires et Démocratie numérique locale (TDNL) est un media numérique mis en ligne sur le site http://savigny-avenir.info.
ISSN 2261-1819 BNF. Dépôt légal du numérique
Le site est supporté par une structure associative et collaborative, indépendante, sans publicités et sans but lucratif, le Groupe Mieux Aborder L’Avenir (MALA).
Vous pouvez nous aider par vos dons. http://www.savigny-avenir.fr/faire-un-don/
Tous les articles en ligne sont consultables gratuitement dans leur totalité. Un article peut être reproduit à la condition de citer sa provenance et en faisant figurer son lien http://
.
Référence du présent article : http://www.savigny-avenir.fr/2021/01/01/voeux-pour-2021-de-bernard-merigot-le-message-du-rossignol-frederic-mistral-gilles-deleuze-albert-camus-anthropologie-des-voeux-de-bonne-annee/

Posted in Bien public et bonheur individuel, CAMUS Albert, DELEUZE Gilles, DEVÉRIA Achille, Foi, Espérance, Charité, Les pensées meurtrières, MISTRAL Frédéric, Rossignol, Voeux de nouvel an | Commentaires fermés sur Voeux pour 2021 de Bernard Mérigot. Le message du rossignol (Frédéric Mistral, Gilles Deleuze, Albert Camus). Anthropologie des voeux de bonne année